Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

Derniers sujets
» presentation
Ven 20 Oct - 13:48 par kakou301er

» je me présente : peredeced pour vous servir
Jeu 12 Oct - 19:10 par peredeced

» Alpine A110
Mer 4 Oct - 6:40 par frenchfan

» presentation
Lun 14 Aoû - 9:12 par Admin

» Alfa Romeo 183T
Dim 2 Juil - 19:45 par Péka

» Moi c'est la moto...
Mar 30 Mai - 16:15 par enrimores

» Yamaha FJ
Mar 11 Avr - 16:33 par Admin

» Nouveau QuiZ
Ven 16 Sep - 13:16 par FOURNIER

» Présentation
Dim 24 Avr - 16:16 par enrimores

Les posteurs les plus actifs de la semaine

visiteurs

Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier


Marcadier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Marcadier

Message par scuderia57 le Ven 15 Aoû - 17:50

                                                              

André Marcadier né en [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] à [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] décédé le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] est un [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] artisanal qui exerça du début des [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] jusqu'à la fin des années 1990.


André Marcadier

Il s'associa en 1963 avec Marcel Fournier pour produire sous la marque Fournier-Marcadier la première [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] française en [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] : la barquette FM 01.


Marcel Fournier

En 1970, André Marcadier continue seul la production d'automobiles : seize modèles seront créés et on estime à 600 kits l'ensemble de la production de la marque lyonnaise.


Le garage de la route de Vienne à Lyon en 1965

La carrière d' André Marcadier ce sympathique et pittoresque Lyonnais, débuta en 1947 par la construction de cycles de haute qualité utilisant le duralumin pour la réalisation des cadres. Il s'agissait là d'un procédé délicat et fastidieux consistant à rouler puis souder des feuilles d’aluminium sur toute leur longueur pour en faire des tubes ! Un travail d'orfèvre.
Toujours sur deux roues, son talent s'exerça dans le domaine de la moto de compétition pour laquelle il construisit de remarquables cadres autour de diverses mécaniques ; l'un d’eux se classa deuxième au grand prix de Monza 1957. 


A cette même époque le karting fit son apparition en Europe et notre homme se lança sans tarder dans la construction de châssis simples et légers, trait dominant de ses productions tout au long d'une carrière bien remplie. L'écrasante domination de l'équipe Lyonnaise en 1961 ( Verd, Dumont, Janoray ) fut couronnée par un titre de champions d'Europe en catégorie endurance.


L’équipe championne d’europe en 1961, au premier plan : René VERD

André Marcadier prit un tournant décisif au début des années 60 lorsqu'il rencontra sur le circuit de Montlhéry un homme qui commençait à faire parler de lui car il introduisait un concept nouveau dans le monde de l'automobile de sport et de compétition : le génial Colin Chapman et ses fameuses Lotus.

Pour rendre le sport automobile abordable en France, il fallait à l'image de l'Anglais, produire une petite voiture biplace polyvalente et loger dans un châssis tubulaire assez sophistiqué une mécanique de grande série, de cylindrée modeste et peu coûteuse. La vente en KIT serait retenue pour permettre un prix de vente le plus bas possible.
André Marcadier fit la connaissance de Marcel Fournier, carrossier à Lyon, et ils fondèrent en association la marque  ’Fournier-Marcadier ’. Les deux amis présentèrent fin 1963 ce qui allait devenir la première voiture de sport Française en K.I.T. à monter soi-mème !



Barquette FOURNIER-MARCADIER, remarquez le capot arrière avec passages de roues fermées sur les premiers modèles

Elle se présentait sous la forme d'une barquette biplace avec une élégante carrosserie en polyester qui rappelait un peu la Lotus 23. Le moteur était installé en position centrale dans un magnifique châssis tubulaire sans aucune concession au cahier des charges qui imposait un prix de vente le plus bas possible. Le succès ne se fit pas attendre, et les artisans Lyonnais reçurent 3600 lettres d'amateurs intéressés. La voiture fit preuve d'une grande aptitude en compétition; un trophée fut même organisé par la revue Sport-Auto.

Dès 1966, nos deux associés ne firent rien de moins que présenter la monoplace qui préfigura la formule de promotion nationale qui deviendra plus tard la Formule France.


La monoplace ARAL construite en 1966, préfigurant la Formule France

A l'image des barquettes, elle se caractérisait par son faible poids ( 320 kg en ordre de marche ) et par une conception très réussie de la partie châssis. La mécanique était encore le Renault 8 Major d'une puissance suffisante pour rendre cette auto très vivante,  comme le souligna Jean-Pierre Beltoise lors d'un essai pour la revue Sport-Auto. L'auto fut ensuite munie d'une mécanique Renault 8 Gordini et cette voiture signa, en formule libre, quelques beaux résultats aux mains de Roger Cohen , le pilote attitré de la marque. Il remporta même des victoires au classement barquette vit le jour dans les bouillants ateliers Lyonnais, ce fut la naissance du coupé Barzoï à la personnalité incomparable. Il reprenait les bases mécaniques de la barquette, mais ses concepteurs lui avaient greffé un toit et des portes pour répondre à la demande d'une clientèle désirant une auto d'un usage moins exclusif . A l'instar de la Mercedes 300 SL, des portes "papillon" avaient étés rendues nécessaires par la structure tubulaire du châssis et la faible hauteur de l'ensemble : à peine 98 centimètres ! Il s’agit du modèle à succès de la marque qui fait encore rêver un grand nombre d ’amateurs.


Une voiture de course à budget réduit !

Le succès commercial du coupé Barzoï ne doit pas faire oublier ses prestations en compétition ponctuées de coups d'éclat comme la deuxième place du talentueux François Lacarrau au grand prix de Paris à Montlhéry en 1968; ses adversaires avaient pour noms : Servoz-Gavin , Wicky , Jungenet et leurs montures s'appelaient Matra 470 BRM, Ferrari, Porsche 906 !

En 1970, Marcel Fournier quitta la construction automobile et André Marcadier continua à produire une gamme qui s'étoffa la même année par la présentation d'une barquette biplace, réservée à la course et qui reprenait le soubassement du coupé Barzoï. Cette automobile, à la ligne inspirée des voitures américaines de Can-Am, d'où son nom, fut la première, d'une lignée de barquettes qui firent les beaux jours des pilotes amateurs qui disposaient d'une vraie voiture de course au budget réduit. Ainsi , on trouvait au Championnat de France de la montagne en 1975 deux Marcadier animés par un moteur Renault 8 Gordini 1300 aux 4e et 5e places en compagnie de Formules 2 et de Prototypes à moteur 2 litres ! Lors d'une période plus récente, la saison 1978 apporta au constructeur de grandes satisfactions dans le monde toujours plus professionnel de la course de côtes à haut niveau. Sa dernière création, une fine et élégante barquette équipée d'un moteur Ford Hart 2 litres développant 300 ch. domina outrageusement sa catégorie et inquiéta même les formules 2 pourtant reines de la montagne grâce à leur poids réduit et leur agilité.

Son pilote n'était pas inconnu puisqu'il s'agissait de l'excellent Roger Rivoire, l’ancien apprenti des Ets Fournier Marcadier qui passa bien près du titre de champion de France de la montagne en 1974. Le tandem Marcadier-Rivoire sans gros moyens mais non sans panache totalisa 11 victoires sur 14 participations, les trois défaites étant dues à un moteur qui n'était plus de première jeunesse.

A la même période, le coupé Barzoï vit apparaître un successeur : le Barzoï 2, équipé d'une mécanique de Simca 1000 Rallye 2 afin de remplacer les groupes propulseurs Renault qui n'étaient plus produits depuis longtemps. Ce coupé aux lignes futuristes ne parvint jamais à faire oublier l'esthétique si attachante de son prédécesseur. Il remporta cependant de nombreux suffrages grâce à son comportement routier de tout premier ordre en raison de son châssis dérivé des barquettes de course. 


Le Barzoi 2 construit de 1977 à 1983.

D'une lignée de barquettes qui firent les beaux jours des pilotes amateurs qui disposaient d'une vraie voiture de course au budget réduit. Ainsi , on trouvait au Championnat de France de la montagne en 1975 deux Marcadier animés par un moteur Renault 8 Gordini 1300 aux 4e et 5e places en compagnie de Formules 2 et de Prototypes à moteur 2 litres !


Can-am version2, Barquette avec soubassement inédit, identique au coupé Barzoi dans sa version moteur central et suspensions triangulées

Lors d'une période plus récente, la saison 1978 apporta au constructeur de grandes satisfactions dans le monde toujours plus professionnel de la course de côtes à haut niveau. Sa dernière création, une fine et élégante barquette équipée d'un moteur Ford Hart 2 litres développant 300 ch. domina outrageusement sa catégorie et inquiéta même les formules 2 pourtant reines de la montagne grâce à leur poids réduit et leur agilité. Son pilote n'était pas inconnu puisqu'il s'agissait de l'excellent Roger Rivoire, l’ancien apprenti des Ets Fournier Marcadier qui passa bien près du titre de champion de France de la montagne en 1974. Le tandem Marcadier-Rivoire sans gros moyens mais non sans panache totalisa 11 victoires sur 14 participations, les trois défaites étant dues à un moteur qui n'était plus de première jeunesse. Le compte rendu de l'époque de la revue Sport-Auto avait titré ‘  la victoire de David sur Goliath ’ car le coupé Barzoï était animé par un moteur Renault 8 Gordini d'une puissance de 105 ch... contre des monstres d'environ 300 chevaux ...

En conclusion, l'histoire retiendra de ces deux marques lyonnaises, à l'image des premières Lotus, une astucieuse conception qui permettait d'exploiter au mieux une mécanique modeste de grande série. La légèreté de ces voitures témoigne de leur qualité de réalisation et leurs succès en compétition de leur efficience.
Mais le plus grand mérite de nos deux hommes a été de se montrer à l'avant-garde de solutions nouvelles pour rendre la course automobile d'un coût raisonnable, même si les instances sportives n'ont jamais considéré qu'il s'agissait d'une priorité absolue en France.



De son côté André Marcadier, créateur infatigable de beaux objets construira quelques répliques de Super Seven, GT40 et Spyder 550 à la fin des années 80.




Aujourd'hui, avec le soutien du club de la marque, l'histoire des Fournier-Marcadier continue. Elles sont devenues des voitures appréciées des amateurs et collectionneurs de tous pays, glanant leurs lettres de noblesse dans les nombreuses manifestations historiques.


Dernière édition par scuderia57 le Ven 15 Aoû - 19:05, édité 2 fois
avatar
scuderia57
Admin

Messages : 2983
Points : 5929
Date d'inscription : 17/07/2014
Age : 61
Localisation : Monaco

http://www.restoremania.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marcadier

Message par scuderia57 le Ven 15 Aoû - 18:50

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


En 1965, Marcel Fournier et André Marcadier se sont associés pour produire des monoplaces et barquettes dans la région lyonnaise.
Voici une monoplace équipée d'un 1300 Gordini...avant l'avènement de la Formule France.


Copyright Paul Alquier


La même, vue de dos

Copyright Paul Alquier



Deux petites précisions :

1. C'est en 1965 que les barquettes Fournier-Marcadier furent présentées.


2. Le moteur était en position centrale avec la boite retournée. Le châssis rudimentaire était tubulaire.



Ici, la photo de la couverture de Sport Auto qui révéla cette "Lotus Seven à la française" (pour la notion de vente en kit). Les barquettes sont effectivement immatriculées !




Délicieuse image d'une monoplace Fournier Marcadier "Aral" Renault 1100 cc en 1968.
Le pilote est Alain Soffiety...Notez la simplicité de l'échappement !


Copyright Conrath
avatar
scuderia57
Admin

Messages : 2983
Points : 5929
Date d'inscription : 17/07/2014
Age : 61
Localisation : Monaco

http://www.restoremania.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marcadier

Message par scuderia57 le Ven 15 Aoû - 19:03


la FOURNIER MERCADIER de JEAN PAUL PAOLI au PAUL RICARD 1998.

document Gerard BARATHIEU.

Notez la très grande simplicité du tableau de bord de la monoplace Fournier Marcadier de type "Aral"...


Une Marcadier Barzoï 1971 qui court régulièrement en France.
Vue ici au Grand Prix de Pau Historique
.




parc fermé de la CC de Limonest-Mont Verdun 2008...

J'ai trouvé cette petite barquette Marcadier avec un moteur 1300 Simca, en "porte à faux" arrière, entièrement suspendu ! Ce montage d'origine est assez surprenant !

Elle appartient à Gilles Cursoux, qui m'a certifié que l'ensemble était très rigide.
La voiture :



Le moteur suspendu, ne tient que par le triangle en métal clair !

L'arrière est en bas à droite.




A noter que le chassis des barquettes Marcadier Simca sera réutilisé pour créer ce type d'objet roulant à peine identifié... C'est plus joli et original en vrai !!!!!



La base du châssis est bien une monoplace Fournier Marcadier "Aral" de 1966...Je dis bien, la base, pour le reste, il a subi les outrages du temps.

Voici une "Aral" dans sa configuration d'origine...on en est loin !



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
deux autres vu de la marcadier poster plus haut par GEORGELIN prise au mans classics cette annee je l ai nommee F3 MARCADIER
avatar
scuderia57
Admin

Messages : 2983
Points : 5929
Date d'inscription : 17/07/2014
Age : 61
Localisation : Monaco

http://www.restoremania.org/

Revenir en haut Aller en bas

Marcadier GT40

Message par scuderia57 le Ven 15 Aoû - 19:08





Le site internet du club Marcadier ne parle pas du tout de ces répliques... combien y en a t-il eu de construite ? quelle conception ?

J'ai entendu dire, mais il ne s'agit peut être que d'un bruit de couloir, que Martin (Automobiles Martin des Sables D'olonne) a sortit sa réplique qui ne serait ni plus ni moins qu'une Marcadier rebadgée... Un de mes amis, ingénieur au bureau d'étude Heuliez, a eu l'occasion de faire un stage chez Martin lorsqu'il était étudiant. Lorsque je lui ai parlé de cette rumeur, il m'a répondu ne pas être au courant mais que, conaissant le personnage, ça ne l'étonnerait pas, mais alors vraiment pas du tout !!!!
avatar
scuderia57
Admin

Messages : 2983
Points : 5929
Date d'inscription : 17/07/2014
Age : 61
Localisation : Monaco

http://www.restoremania.org/

Revenir en haut Aller en bas

Barzoi

Message par scuderia57 le Ven 15 Aoû - 19:18

profilé carré supportant le tableau de bord démontable, baignoire d'un bloc recouvrant tout les tubes de l'habitacle par l'intérieur. Pas de renfort du tableau de bord vers l'avant du chassis même démontable.





L'arrière a aussi quelques différences. Je n'avais pas fait attention mais le mode de fixation de la traverse est trés différent par rapport à tout ce qu'on trouvera chez Marcadier par la suite.



avatar
scuderia57
Admin

Messages : 2983
Points : 5929
Date d'inscription : 17/07/2014
Age : 61
Localisation : Monaco

http://www.restoremania.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Marcadier

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum