Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

Derniers sujets
» presentation
Ven 20 Oct - 13:48 par kakou301er

» je me présente : peredeced pour vous servir
Jeu 12 Oct - 19:10 par peredeced

» Alpine A110
Mer 4 Oct - 6:40 par frenchfan

» presentation
Lun 14 Aoû - 9:12 par Admin

» Alfa Romeo 183T
Dim 2 Juil - 19:45 par Péka

» Moi c'est la moto...
Mar 30 Mai - 16:15 par enrimores

» Yamaha FJ
Mar 11 Avr - 16:33 par Admin

» Nouveau QuiZ
Ven 16 Sep - 13:16 par FOURNIER

» Présentation
Dim 24 Avr - 16:16 par enrimores

Les posteurs les plus actifs de la semaine

visiteurs

Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

Calendrier Calendrier


Moto Guzzi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Moto Guzzi

Message par scuderia57 le Mer 13 Aoû - 8:52

Juste Après-Guerre, alors que les pilotes disposent des Dondolino (500 cc) et autres Albatros (250 c) pour courir, l’usine Moto Guzzi confie à Antonio Miccuci la réalisation d’une 250 cc suralimentée.

Aujourd’hui, le choix de la suralimentation peut sembler curieux, mais à l’époque, et malgré la perte d’influence de l’Italie suite à la Seconde Guerre Mondiale, il apparaît plus pertinent de concevoir une machine à compresseur qui, à l’instar des motos d’Avant-Guerre pourra truster les victoires rapidement, du fait de la bonne maîtrise de ce mode d’alimentation. C’est d’ailleurs une caractéristique de fonctionnement du service course de Guzzi de ne retenir que des motos qui obtiennent rapidement des résultats en course. Donc,
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] réalise un prototype qu’il faut tout de suite adapter à une alimentation atmosphérique et rend cette machine peu apte à des victoire à court terme, ce qui explique sa disparition fin 1948, d’autant qu’elle subit la concurrence de l’étoile montante de l’usine Moto Guzzi : la 250 Gambalunghino .


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], fait des choix mécaniques originaux, sortant un peu de la tradition Moto Guzzi - ni un mono horizontal, ni un bicylindre longitudinal - puisque cette 250 est un bicylindre face à la route fortement incliné vers l’avant (70 °). Le moteur est de type carré avec des carters en électron incluant une boîte de vitesse à 4 rapports, l’embrayage étant multidisque en bain d’huile. Le vilebrequin monobloc tourillonne sur trois paliers (roulement à bille et à aiguilles). Suivant la tradition Guzzi, le volant moteur externe (le célèbre coupe-jambon) est conservé !


Le bloc culasse comporte deux soupapes par cylindre respectivement de 27 mm à l’échappement et de 24 mm à l’admission, formant un angle de 60 degrés. On peut d’étonner de ces tailles de soupapes, notamment pour celle de l’admission : seule la suralimentation peut améliorer le remplissage à régime élevé, et même dans ces conditions, le remplissage serait meilleur avec une soupape d’un plus fort diamètre. Le rappel de ces soupapes est assuré par un ressort concentrique unique. La commande de distribution est confiée à une cascade de pignons, enfermée dans un carter en électron, et à deux arbres à cames donnent une levée de 6,98 mm pour chaque soupape, les amplitudes de levée étant de 162° pour l’admission et de 152° pour l’échappement.
Initialement, ce moteur développe une puissance de 23 cv à 9000 tr/min qui évolue rapidement vers 25 cv à 9500 tr/min, en conservant un taux de compression d’un rapport de 10 à 1.
Le cadre est constitué d’une poutre centrale sur laquelle des parties tôlées avant et arrière assurent d’une part la fixation du moteur (sur la culasse et à l’arrière du carter moteur) et d’autre part celle du bras oscillant. Ce dernier est suspendu grâce au système d’amortissement placé sous le moteur tandis que la fourche est télescopique à axe déporté. L’empattement de la machine est de 1420 mm , identique à celui de l’albatros, et les rooues sont des 21 pouces. Le freinage avant et arrière est confié à des tambours ventilés de 250 mm, munis d’ouies de refroidissement pour certaine épreuves sollicitant fortement les freins.
Le poids total de la machine est de 114 kg, sans hiles et sans carburant.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Due Cilindri 1947
Dès le début 1947, la culasse adopte des soupapes de tailles plus classiques avec 27 mm à l’admission et 25,5 mm à l’échappement, rappelées par deux ressorts concentriques.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Due Cilindri 1948
L’année 1948 voit l’apparition d’une culasse améliorée dont les conduits d’admission deviennent rectiligne, donnant une position quasi verticale aux deux carburateurs dont la cuve centrale est commune. Grâce à cette modification, le puissance passe à 27 cv à 9500 tr/min. Le freinage est aussi amélioré : le tambour avant passe à 280 mm.
Le cadre est totalement transformé l’avant devient totalement tubulaire avec une triangulation de renfort longitudinale et l’arrière conserve une partie tôlée englobant le réservoir d’huile qui se déplace sous l’arrière du réservoir d’essence au lieu de la position avant qu’il avait auparavant. Le poids de la Due Cilindri passe à 110 kg.
Les modifications apportées vont dans deux directions. D’un côté on améliore le rendement par des modifications de la culasse (pourtant les pannes en course ne viennent pas de là mais plutôt du bas moteur) qui concourent un meilleur remplissage du cylindre, d’autre part la transformation du cadre laisse rêveur sur la qualité du premier modèle, d’autant que dans le cas du mono 250 de la marque dont s’occupe Carlo Guzzi, les problèmes de cadre sont vite résolus : le moteur est installé dans le cadre de la 500 cc qui a un comportement exemplaire !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] En course, la Due Cilindri obtient de bien pauvres résultats pour plusieurs raisons. La machine n’est en début de carrière pas au point tant en moteur qu’en partie cycle comme le montrent les améliorations apportées ; le pilote choisi est [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour un objectif de course, le TT. Malheureusement la machine ne tient pas ses promesses lors de cette compétition et ses échecs répétés la feront disparaître de la piste en 1949, au profit du mono 250 qui gagne en de nombreuses occasions, justifiant tout à fait l’abandon du modèle bicylindre.


Fiche technique
Modèle 250 Due Cilindri
Moteur
Moteur 4t bicylindre parallèle
Cylindrée 247,2 cc
AlésagexCourse 54 mm x 54 mm
Taux de compression 10:1
Puissance 25 cv à 9000 trs
Alimentation Dell'Orto
Transmission
Transmission primaire à engrenages
Embrayage multidisques en bain d'huile
Boîte de vitesses 4 rapports
Transmission secondaire par chaîne
Partie cycle
Cadre tubulaire à moteur suspendu
Empattement 1420 mm
Suspension avant téléscopique
Suspension arrière oscillante Guzzi
Roues 21 pouces
Pneus 2,75 x 21 pouces & 3 x 21 pouces
Dimensions, capacités & performances
Poids à sec 114 kg
Capacité en essence 21 l
Capacité en huile 4,5 l
Vitesse maxi 170 km/h
avatar
scuderia57
Admin

Messages : 2983
Points : 5929
Date d'inscription : 17/07/2014
Age : 61
Localisation : Monaco

http://www.restoremania.org/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum