Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

Derniers sujets
» presentation
Lun 14 Aoû - 9:12 par Admin

» Alfa Romeo 183T
Dim 2 Juil - 19:45 par Péka

» Moi c'est la moto...
Mar 30 Mai - 16:15 par enrimores

» Yamaha FJ
Mar 11 Avr - 16:33 par Admin

» Nouveau QuiZ
Ven 16 Sep - 13:16 par FOURNIER

» Présentation
Dim 24 Avr - 16:16 par enrimores

» réplique ford GT40
Dim 28 Fév - 16:43 par enrimores

» new member sadsac72
Lun 28 Déc - 16:43 par enrimores

» Remets toi vite gamin
Sam 18 Juil - 17:44 par scuderia57

Les posteurs les plus actifs de la semaine

visiteurs

Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier


Reglage de carbu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Reglage de carbu

Message par marcelo92 le Lun 11 Aoû - 11:09

Et maintenant... réglez vos carbus! 
Principes  

1: gicleur principal  2: porte- gicleur,
3: diffuseur  4: aiguille  5: gicleur de correction    
6: vis d'air   7: vis de butée de boisseau

1: couvercle  2-3: ressort et boisseau de starter  4: axe de pivotement du flotteur  5: pointeau  6: siège du pointeau  7: joint  8-9: raccord banjo et vis d'alimentation  10-11: tendeurs de câbles  13: corps  14-15: boisseau et ancrage du câble  16: by-pass de ralenti  17: orifice de ralenti  18: cuve  19: flotteur  21: boisseau  22: aiguille  23: déflecteur d'aiguille  24: gicleur d'aiguille  25: titilleur  26: vis de butée de boisseau  27: plan de joint de cuve  28: puits d'aiguille  29: gicleur principal
 

 
Gaz fermés: l'essence, aspirée par le gicleur de ralenti (photos 2 et 3) ...
..... est distribuée par le by-pass de ralenti (photos 4 et 5




 
 1/8 d'ouverture: seul le circuit de ralenti fonctionne, via l'orifice de ralenti et son by-pass (photos 4 et 5). La vis de richesse règle le débit d'air du circuit.                                                                                                                                                                          
   1/4 d'ouverture: la coupe du boisseau détermine la quantité d'air admis. Le circuit de ralenti assure toujours l'alimentation en carburant.
 
  3/4 d'ouverture: la levée de l'aiguille augmente progressivement la section du diffuseur. Ses trois crans de réglage permettent de modifier le débit d'essence pour une même position de boisseau. En cas de levée brutale du boisseau, les trous situés dans le corps du diffuseur, permettent une émulsion d'essence supplémentaire, jouant le rôle de pompe de reprise (photo 6)     
                             
 
   Pleine ouverture: le boisseau et l'aiguille sont complètement levés. Le débit d'essence est  maximum, limité par le gicleur principal.
CONTROLER et AJUSTER le NIVEAU de CUVE  AMAL  CONCENTRIQUE
 Parfois vous pouvez rencontrer une machine qui tourne irrégulièrement à cause d’un mélange gazeux trop riche; même avec les bons gicleurs et les réglages identiques votre moto ne fonctionnera pas comme une autre de même type (exemple,car la traduction n’est pas toujours très claire):  deux T 120 modele1969 avec gicleurs de 190  puits d’aiguille de 106 aiguilles au milieu filtres a air neufs une tournera parfaitement et taquinera les Norton’s owners et l’autre aura du mal a taxer uneA7 SS.


Contrôle du niveau de cuve
Démonter l’ensemble flotteur du carburateur, vider l’essence de la cuve
Utiliser un petit tournevis ou un outil semblable Appuyer sur la patte du flotteur qui tient le pointeau,jusqu'à ce que le pointeau soit en contact avec le siège.
Ensuite tenez le flotteur dans cette position Mesurer la cote entre le haut de la cuve et le haut du flotteur,la bonne mesure est 0,080 pouce (2mm).Si la cote est de moindre valeur que 0.080 (2mm), le niveau de cuve aura besoin d’un abaissement (voir fig. 1 en face).
 
 
Réglage du niveau du niveau de cuve
Démonter tout ce qui est monté sur la cuve, utiliser une lampe à souder. Chauffer la cuve légèrement, cela libérera le siège en bronze qui pourra facilement bouger. Utiliser une tige d’un diamètre de 1/8 de pouce (3mm), taper doucement le siège en bronze jusqu'à la bonne cote. (fig.2)
ATTENTION!  Ne pas tenter de bouger le siège sans chauffer la cuve. 
 
 


  Caractéristiques des motos d'origines  
Quelques caractéristiques des carbus montés par les marques:
Triumph de 1968 jusqu'à 1974
ModèleT120T120R et T120RVTR6 et TR6RTR7VT140V
CorpsR930/9 et L930/10R930/66R et L930/67930/23930/89930/93
Ø3030303030
Gicleur principal220180230260190
Diffuseur0.1060.1060.1060.1061.106
AiguilleSTDSTDSTDSTDSTD
Position (cran)21211
Boisseau33
Filtre à airAucunAucunTissusTissusTissus
Pos. vis de richesse Desserrée 2½ tours   
Régime de ralenti T120R: 1000 à 1100 tr/mn
Triumph de 1975 jusqu'à 1983
ModèleT140VT140E pré-1980T140E après-1980 et T140DT140ES, LE, et EX
TypeMk1Mk2Mk2Bing CV
Corps930/92 et 930/93  64
Ø30303032
Gicleur principal190200200145
Gicleur de ralentiserti252045
Starter-5035-
Piston---5 ou 3
Diffuseur0.1060.1050.1062.66 ou 2.64
AiguilleSTD2C32C3STD
Position (cran)1223
Boisseau333-
Filtre à airToilesToilesToiles 
 
Norton Commando
Modèle750 jusqu'au n° moteur 200975750 depuis n° 200976850
CorpsL930/64 et R930/63L932/18 et R932/19L932/18 et R932/19
Ø303232
Boisseau3
Gicleur de ralenti (serti)252525
Gicleur principal220230230
Diffuseur0.1060.1060.106
AiguilleSTDSTDSTD
Position (cran)221
Vis de richesseDesserrée de 1½ tours1½ tours1½ tours
Ralenti800 à 1000 tr/mn800 à 1000 tr/mn800 à 1000 tr/mn
Niveau d'essence par rapport au plan de joint de la cuve5mm5mm5mm
          Attention: ces réglages sont ceux des motos livrées par les usines! Toute modification telle que le montage de cornets à la place du filtre à air, échappement plus libre (mégaphones), gonflage moteur, voir mélange de pièces de plusieurs modèles, amène un changement dans la capacité du moteur à "avaler" le mélange air/essence.                                                                                                                              
Cette capacité est appelée pression moyenne effective. Elle est sensible mon seulement aux changements de volume des chambres de combustion, aux fuites et entrées d'air parasites, mais aussi à l'amplitude et la fréquence des ondes acoustiques qui parcourent l'échappement et l'admission. Elle est même sensible aux effets de viscosité (effets de paroi) dus à la présence de calamine, ou au polissage des conduits.
C'est pourquoi il est courant que nos motos ne correspondent plus à ces critères d'origine: comment faire???
 



Réglages après des modifications (cornets, pots ...)
Cette méthode d'essais sur route est efficace pour tous les types de carbus Amal plus anciens, y compris Amal racing... Avec cette méthode on peut  régler aussi bien une Triumph TWR qu'une AJS Porcupine!
Toute modification telle que le montage de cornets à la place du filtre à air, échappement plus libre (mégaphones), gonflage moteur, voir mélange de pièces de plusieurs modèles, amène un changement dans la capacité du moteur à "avaler" le mélange air/essence.                                                                                                                              
Cette capacité est appelée pression moyenne effective. Elle est sensible mon seulement aux changements de volume des chambres de combustion, aux fuites et entrées d'air parasites, mais aussi à l'amplitude et la fréquence des ondes acoustiques qui parcourent l'échappement et l'admission. Elle est même sensible aux effets de viscosité (effets de paroi) dus à la présence de calamine, ou au polissage des conduits.
C'est pourquoi il est courant que nos motos ne correspondent plus à ces critères d'origine: comment faire???
Il existe une méthode simple et ancienne. Elle exige cependant d'être appliquée méthodiquement.
D'abord, apprendre à "lire" une bougie:
  Conditions      normales
Dépôts brun clair ou gris
fonctionnement correct
du moteur et du système
d'allumage, degré thermique
convenable
 Dépôts carbonés
allumage faible ou retardé
compression basse,
bougie trop froide
Vérifier le réglage du carburateur (trop riche), l'état du starter, l'efficacité du filtre à air.
    Surchauffe
Isolant blanc et
usure excessive des électrodes.
avance excessive, mélange trop pauvre,         bougie trop "chaude"
 Auto- allumage
surchauffe importante du moteur,
allumage inductif
bougies mal serrées
mauvaise fermeture de soupape
bougie trop"chaude"
Risque de percement des pistons
 Encrassement
problème d'huile
guide de soupapes, segments ou cylindres endommagés.
utiliser temporairement une bougie plus chaude
usure
générale du moteur.
 
 Dépôts d'additifs
Dépôts épais mais
fragiles du aux carburants modernes
pas de solution, remplacer
tout de même ces
bougies.
Détonation
isolant cassé. carburant à
trop faible indice d'octane
mauvaise avance, induction
entre les câbles de bougies
bougies trop serrées
.
       Choc
isolant cassé, fêlures
raisons mécaniques, manque de précaution
dans le réglage des
électrodes
L'indice thermique peut être modifié en fonction de l'utilisation du moteur  
 
DIAGNOSTIC
Choisir une portion de route où effectuer des essais. Cette route doit être suffisamment droite et exempte d'obstacles qui obligeraient à varier l'ouverture des gaz. Quatre essais sont nécessaires. Ils correspondent aux quatre stades d'ouverture de gaz:               
1/8 d'ouverture            1/4 d'ouverture           3//4 d'ouverture         Pleine ouverture
Pour chaque essai, il est indispensable de parcourir environs 200m sans varier l'ouverture des gaz. On accélère jusqu'à l'allure qui permet une vitesse "palier" correspondant à une ouverture précise des gaz. Pour les grandes ouvertures de gaz, qui obligeraient à une vitesse excessive, on peut se contenter de laisser la moto accélérer sur la distance ad hoc à condition de ne pas varier l'ouverture. Ca parait compliqué mais c'est plus facile et amusant à faire qu'à écrire et à lire!
Chaque fois que la distance a été parcourue, couper le contact et stopper. Démonter les bougies et les repérer pour bien savoir à quel carbu elles correspondent. Ne pas les intervertir! Les examiner et noter soigneusement leur aspect. Les trois premières figures du tableau ci-dessus correspondent à trois réglages de mixture: correct, riche, pauvre. Les autres figures illustrent les divers états mécaniques du moteur et peuvent évidement se superposer aux premières, mais dans ce cas, ces divers états mécaniques se reconnaîtront de façon identique dans tous les essais. En théorie, on devrait donc pouvoir régler les carbus malgré une soupape qui fuit, pourvu que la fuite reste constante.
On en déduit pour chaque essai:
 Mélange trop richeMélange trop pauvre
1/8 d'ouvertureDévisser la vis d'airvisser la vis d'air
1/4 d'ouvertureMonter un boisseau avec une coupe plus grandeMonter un boisseau avec une coupe plus petite
3/4 d'ouvertureAbaisser l'aiguille de un ou deux cransMonter l'aiguille de un ou deux crans
Pleine ouvertureUtiliser un gicleur plus petitUtiliser un gicleur plus gros
 
Méthode de réglage pour les carbus Amal 930/932. Elle est en accord avec la méthode pour régler les Amal MK2 :
On suppose l'allumage réglé et en pleine forme, et que les carbus sont propres.
Méthode n'utilisant pas de dépressiomètre:
Les vis de richesse doivent être desserrées de 1 tour et demi (réglage par défaut).
1) Desserrer complètement les vis de ralenti.
2) Jouer sur les tendeurs de câbles pour que les boisseaux touchent le fond des puits, tout en supprimant le jeu en bout de gaines. On doit entendre les deux boisseaux claquer ensembles.
3) Démarrer le moteur et visser les deux vis de ralenti ensembles pour que le moteur ne cale pas et se stabilise aux environs de 1100 t/mn.
4) Débrancher une bougie et resserrer éventuellement la vis de ralenti du carbu opposé pour que le moteur ne cale pas. Chercher un ralenti autour de 600 t/mn. ATTENTION: Sur les moteurs équipés d'un allumage électronique, rebrancher immédiatement l'anti-parasite sur une bougie reliée à la masse, pour que l'allumage puisse continuer à se décharger. Une bougie débranchée résulte en une augmentation infinie de l'impédance du circuit, entraînant la surchauffe de la bobine et du module de puissance et leur destruction.
5) Sur le même carbu, tourner lentement la vis de richesse pour obtenir le régime le plus rapide.
6) Redescendre la vis de ralenti pour avoir un ralenti à 450 t/mn. Ce ralenti doit être stable et régulier, avec un beau bruit, pas trop sourd et sans cognement, si non, c'est que l'allumage est mal réglé.
7) Rebrancher la bougie débranchée et dégorger le moteur en donnant quelques coups de gaz.
8) Recommencer avec le deuxième cylindre.

Une fois que les deux carbus ont été réglés et les deux cylindres rebranchés, on doit avoir un ralenti stable à 900 t/mn.
Le bruit est beaucoup plus beau qu'avant, et les sourires satisfaits des voisins, quand on arrête le moteur, en témoignent!

Méthode utilisant un dépressiomètre:
Régler d'abord la richesse en suivant la même méthode à partir de 3). Synchroniser ensuite les carbus et régler le ralenti en suivant la méthode d'utilisation du dépressiomètre Twinmax.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] est une coopérative Internet dédiée à la moto classique d'outre manche, un espace de liberté où tous apportent leur grain de sel. Nous aimons les motos anglaises de tradition, les pannes au bord de la route, les tâches d’huile dans notre garage … Nous souhaitons partager nos connaissances dans la convivialité (presque toujours), la tolérance (obligatoire) et la bonne humeur.
avatar
marcelo92
Pilote
Pilote

Messages : 314
Points : 606
Date d'inscription : 05/04/2014
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum