Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

Derniers sujets
» presentation
Lun 14 Aoû - 9:12 par Admin

» Alfa Romeo 183T
Dim 2 Juil - 19:45 par Péka

» Moi c'est la moto...
Mar 30 Mai - 16:15 par enrimores

» Yamaha FJ
Mar 11 Avr - 16:33 par Admin

» Nouveau QuiZ
Ven 16 Sep - 13:16 par FOURNIER

» Présentation
Dim 24 Avr - 16:16 par enrimores

» réplique ford GT40
Dim 28 Fév - 16:43 par enrimores

» new member sadsac72
Lun 28 Déc - 16:43 par enrimores

» Remets toi vite gamin
Sam 18 Juil - 17:44 par scuderia57

Les posteurs les plus actifs de la semaine

visiteurs

Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier


Techniques de pilotage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Techniques de pilotage

Message par BM63 le Mer 6 Aoû - 17:15



I- Introduction

1- Présentation
2- Équipement

II- Bases fondamentales


1- Survirage/sous virage
2- Les trajectoires
3- Le freinage
4- Les dépassements




III- Approfondissement
5- Trajectoires spéciales
6- Techniques spéciales
7- Le freinage en appuis

Annexes/dossiers
La signification des drapeaux
MàJ
Les feuilles de calculs karting
Le dossier de sponsoring/recherche sponsors


Dernière édition par BM63 le Mer 6 Aoû - 17:37, édité 2 fois
avatar
BM63
Pilote
Pilote

Messages : 382
Points : 648
Date d'inscription : 03/04/2014
Age : 43
Localisation : Givord

Revenir en haut Aller en bas

Re: Techniques de pilotage

Message par BM63 le Mer 6 Aoû - 17:23

1) Présentation



Le karting est un sport pouvant être pratiqué à deux échelles : en loisir ou en compétition. Ce site n’a pas la prétention de pouvoir faire de vous un champion, il peut cependant vous enseigner les bases de cette discipline, et vous dispenser quelques conseils très utiles. Car, même lorsque ce sport est pratiqué en loisir, il est toujours utile de posséder quelques connaissances concernant les bases fondamentales du pilotage. Ainsi, en suivant ces conseils, vous verrez vos chronos s’abaisser progressivement, tout en fluidifiant votre style de pilotage. Contrairement à beaucoup de sport, le karting ne nécessite pas de très longues heures d’entraînement ; en une demi-heure de kart, vous progressez plus que dans n’importe quel autre sport ! Saisissez donc chaque occasion qui se présente à vous pour piloter, ne serait-ce que 5 ou 10 minutes.


2) L'équipement



Pour pratiquer le karting, il est conseillé d'avoir un minimum d'équipement. Voici ce que nous vous conseillons. Les prix sont donnés à titre indicatif, et sont représentatifs d'un produit de gamme moyenne, à un prix correct.



-Le casque : Absolument obligatoire. 100 à 300€ et plus


-La cagoule : 30€


-La combinaison : Conseillée, certaines sont aussi ignifugées. 130€


-Les bottines : 70 à 150€


-La minerve : nous vous la conseillons fortement, elle est en mesure d'éviter des lésions graves, notamment en protégeant du coup du lapin. 40€


-Les gants : Ils permettent un meilleur grip du volant. 40€


-Le protége côtes : Non obligatoire, mais évite des douleurs. 100€


-La combinaison pluie : Très utile par temps... de pluie ! 120€






1- Survirage/sous virage


Survirage 



         Le survirage intervient lorsque l’arrière du kart perd son adhérence, cela peut résulter de beaucoup de facteurs, comme une accélération précoce en sortie de virage, un freinage tardif, ou encore une usure des pneus arrières du karting. Quelle qu’en soit la raison, il faut réagir rapidement, sans quoi le tête-à-queue est inévitable. Cette réaction s’appelle le contre-braquage. Elle consiste à braquer les roues du kart dans le sens inverse du virage, afin de rétablir l’équilibre. Ainsi, si par exemple lorsque vous négociez un virage à droite vous sentez le train arrière qui se dérobe, braquez immédiatement et fermement à gauche, jusqu’à ce que le karting revienne dans l’axe de la piste. Attention, durant un contre-braquage il est très important de ne pas freiner, car cela intensifierait le survirage. Les meilleurs pourront même accélérer, tandis que les pilotes les moins expérimentés pourront se contenter de lâcher les deux pédales et de laisser « couler ».


  Sous virage 



          Le sous virage est tout simplement l’inverse du survirage abordé précédemment. En effet, il intervient lorsque le train avant perd son adhérence. La cause principale est la survitesse, et la conséquence est la pure et simple inutilité du braquage ! En effet, en karting, lorsque vous entrez en sous virage, vous avez beau tourner le volant dans tous les sens, le kart ne braqueras pas ou très peu. Communément, on dit que l’on « tire tout droit ».


Le seul remède au sous virage est le freinage. En effet, en réduisant la vitesse, la charge du kart est transférée sur l'avant, et les pneus retrouvent le grip perdu. Il est de nouveau possible de braquer. Attention cependant à ne pas freiner et braquer en même temps, car cela pourrait entraîner un survirage (que vous savez désormais maîtriser).
 
2- Les trajectoires



En karting, comme dans la totalité des sports mécaniques, les trajectoires sont la clé des bons chronos ! En effet, un bon positionnement dès l’entrée du virage permet une meilleure vitesse de sortie, notamment lorsque le virage en question précède une ligne droite. Il ne faut cependant pas croire que la trajectoire la meilleure est la plus courte.
 
A) Approche théorique (facultative)

          D’un point de vue physique, le karting est soumis lorsqu’il tourne à une force, appelée force centrifuge. Cette dernière, lorsque sa valeur dépasse un seuil limite, est responsable de la perte d’adhérence du kart. Sur le plan mathématique, cette force (notée F) peut être modélisée (en simplifiant) par l’équation :
F = mV² / D
         V représente ici la vitesse, et D le diamètre de braquage, et m la masse du véhicule (comme cette donnée est constante, on va la négliger pour simplifier la démonstration). On constate alors qu’un grand diamètre permet une réduction de la force centrifuge, et donc par conséquent d’assurer une meilleure tenue de route. Pour mieux comprendre, prenons un exemple :
         Supposons que le kart perd l’adhérence lorsque la force centrifuge atteint la valeur 500N (soit environ 50kg). Pour gagner du temps en piste, il faut s’approche de cette valeur sans l’atteindre. Il n’est pas nécessaire de poser ce calcul en pratique, cela permet juste de comprendre. Si l’on prends le virage à 49km/h, avec un rayon de 5 mètres, la force appliqué au kart sera de (49 x 49) / 5 = 480,20N.  C’est correct, le karting ne perdra pas son adhérence. Mais arrivons maintenant à 60km/h, et prenons  un rayon de braquage de 7.5 mètres.
La force centrifuge aura désormais pour valeur (60 x 60) / 7.5 = 480,00N. Ainsi, en élargissant vos trajectoires, vous pourrez conserver une  vitesse supérieure à celle que vous auriez eu en restant complètement à l’intérieur du virage, et gagner de précieuses secondes. En espérant que cette partie quelque peu « abstraite » ne vous ai pas effrayé, passons maintenant à la pratique.
 
B) Approche pratique 

         En karting, dans les virages simples (un seul virage), il faut appliquer la règle « extérieur, intérieur, extérieur ». C'est-à-dire il faut aborder le virage à l’extérieur de la piste, « plonger à l’intérieur » du virage (appelé la corde), puis élargir sa trajectoire pour ressortir à l’extérieur du virage. Les virages plus complexes, comme les enchaînements ou les épingles seront abordés dans la partie « approfondissement ».
        Voici deux exemples animés de virages, en rouge vous pouvez voir la trajectoire idéale. Le tracé rouge indique la trajectoire idéale du centre du karting.
 
 




3) Le freinage :


En karting, le freinage est très important. En effet, ce dernier conditionne l’entrée dans le virage, qui conditionne elle-même l’accélération. Un freinage excessif entraînera probablement un tête à queue, car sur un karting, seule les roues arrière sont freinées, ces dernières se mettrons alors à déraper, et perdront ainsi leur adhérence ; comme nous l’avons vu plus haut, vous serez alors victime de survirage. En revanche, un freinage insuffisant provoquera une survitesse à l’entée du virage, et vous ne pourrez pas braquer. Vous serez en situation de sous virage.
Sur un karting, il est important de savoir que les freins ne réagissent pas du tout comme ceux d’une voiture. En effet, si vous voulez freiner fort, il faudra vraiment pousser la pédale jusqu’en butée, avant de la relâcher de manière très progressive.
 
Afin d’optimiser l’équilibre du kart, et par conséquent d’améliorer la tenue de route, il est nécessaire de freiner avant de braquer. Ainsi, lorsque vous arrivez en virage, il faut respecter cet ordre :
1- Lâcher l’accélérateur
2- Freiner fort
3- Relâcher la pédale de frein
4- Braquer
5- Accélérer progressivement et le plus tôt possible (les meilleurs pilotes conservent une légère accélération durant tout le virage). 
En suivant cette méthode, vous éviterez les sorties de pistes et les collisions avec les bordures de la piste. Il faut savoir qu’en karting :
- On accélère ou on freine, mais pas les deux à la fois (sinon gare au tête-à-queue)
- On ne freine que lorsque le volant est droit (sauf en cas de freinage d’urgence)
- Il est fortement conseillé (sauf aux débutants) de toujours utiliser une pédale, de ne jamais laisser le kart en « roue libre », cela permet de grappiller quelques dixièmes de secondes supplémentaires.


4) Les dépassements







Les dépassements sont la clé d’une bonne course de karting, car contrairement à la formule 1, les dépassements en kart sont très fréquents. Ils constituent cependant une des parties les plus difficiles de l’apprentissage, car il n’existe pas de technique miracle… Un dépassement s’improvise, se ressent. De plus, si vous tournez environ ½ seconde plus vite que le pilote vous précédant, il sera très difficile de le doubler (sauf erreur de sa part, auquel cas il faudrait saisir immédiatement l’occasion).
Ne vous inquiétez pas, il existe cependant deux techniques pouvant vous sortir d’une situation difficile.

La première consiste à laisser « filer » de quelques mètres le pilote vous précédant juste avant d’aborder un virage ouvrant sur une ligne droite, comme vous êtes théoriquement meilleur, vous négocierez ce virage plus rapidement et sans être bouchonné. Vous aurez ainsi une meilleure vitesse en sortie, et vous pourrez passer tranquillement votre adversaire dans la ligne droite. Si possible, restez le plus longtemps dans le sillage de son kart, cela vous permettra de bénéficier du phénomène « d’aspiration », et de gagner en moyenne 3 à 7km/h.
La deuxième technique peut vous permettre de dépasser une adversaire au freinage. Si, dans une courte ou longue ligne droite vous vous apercevez que vous ne pourrez pas doubler avant le virage, vous pouvez tenter ceci (exemple ici avec un virage à droite). Lorsque l’autre concurrent freine, placez vous légèrement sur sa droite, et freinez un petit peu plus tard, l’avant de votre kart sera ainsi au niveau du pilote adverse.
Ce dernier sera alors contraint d’élargir sa trajectoire afin de vous éviter. Étant à l’intérieur vous serez mieux placé, et vous pourrez ré accélérer avant votre concurrent ! Attention cependant à deux points : assurez vous que votre concurrent vous  à vu, et qu’il ne sera pas surpris par votre karting ; en cas de collision, vous serez déclaré responsable de l’accrochage, et pourrez être exclu de la course.


Dernière édition par BM63 le Mer 6 Aoû - 17:43, édité 2 fois
avatar
BM63
Pilote
Pilote

Messages : 382
Points : 648
Date d'inscription : 03/04/2014
Age : 43
Localisation : Givord

Revenir en haut Aller en bas

Re: Techniques de pilotage

Message par BM63 le Mer 6 Aoû - 17:33

5) Les trajectoires spéciales


Cette partie concerne les enchaînements de virages. Il faut alors oublier la technique de pilotage « extérieur, intérieur, extérieur », car parfois il serait absurde de l’appliquer en karting. Ainsi, dans une succession de courbes, il faut appliquer la règle « favoriser la sortie ». Vous pourrez être amené à « mal » négocier 3 virages pour entrer et sortir parfaitement du quatrième.
 
 
Le karting aura ainsi une vitesse optimale dans la ligne droite les suivant. Voici quelques exemples :
>Le « esse » :
 
>L’épingle :
      



On « sacrifie» le premier virage pour mieux sortir du deuxième. Cette technique de pilotage est très importante.




6) Techniques spéciales



       - Vous êtes désormais un pilote confirmé, et vous avez de bonnes bases en pilotage de karting ! Il est temps de vous apprendre quelques techniques plus « poussées », plus abouties.




A) Sous la pluie



          Si un jour, pour une raison ou pour une autre, vous êtes amené à piloter un kart sous la pluie ou sur piste humide, vous devez prendre quelques mesures simples, faute de quoi survirage et sous virage s’enchaîneront !


 

        La première chose à faire est de modifier vos trajectoires. En effet, la gomme déposée sur la trajectoire classique rend la piste extrêmement glissante lorsque de l’eau s’y mélange. Vous devez donc sortir de la trajectoire habituelle, quitte à perdre quelques dixièmes. Il n’y a pas de trajectoire « modèle » pour les temps pluvieux, vous devez prendre celle que vous « sentez » le mieux, en fonction de l’état de la piste (flaque, différences de grip, etcetera …). En général, la trajectoire idéale est bien plus large que celle que vous devriez adopter sur piste sèche.


         Une fois vos trajectoires corrigées, vous devrez faire preuve d’imagination afin d’éviter les pièges du temps ; par exemple, évitez de suivre un adversaire, oubliez l’aspiration, car vous serez rapidement aveuglé par l’eau évacuée par les pneus de son karting. Il est alors utile de se décaler. Il sera également nécessaire de retarder l’accélération après une courbe, sinon le souvirage risque d'apparaître. Il en est de même en entrée de virage, où il conviendra de freiner le karting très progressivement, faute de quoi le survirage sera inévitable.


 

B) Le virage serré 


         Dans un virage serré, c'est-à-dire qui nécessite un fort freinage et un long braquage, il peut s’avérer utile de provoquer un léger survirage, afin de placer le karting dans la courbe tout en braquant moins, et ainsi de gagner de temps. Il y a deux manières d’y parvenir. 


         > La première consiste à provoquer un phénomène appelé « appel ». Il s’agit concrètement d’un transfert brutal de masse. Pour le réaliser, vous devez, avant de commencer à tourner, placer un violent coup de volant dans le sens du virage. Attention, il peut être utile, voire nécessaire d’appliquer un léger contre-braquage.


         > Sinon, vous pouvez tirer profit de la répartition du freinage, qui est de 100% sur les roues arrières. Ainsi, si vous placez un violent coup de frein, cela aura le même effet qu’un frein à main tiré en voiture : si il est couplé à un léger braquage, le karting tournera immédiatement.


Encore une fois, la maîtrise du contre-braquage est de rigueur. Attention cependant, car le dérapage fait perdre beaucoup de tour/min au moteur du kart. Réservez cette technique aux pistes les plus glissantes. Veillez également à braquer (environ 1/4 de tour de volant) avant de freiner.
 

7) Le freinage en appuis



Les freinage en appuis est une technique de freinage assez difficile à bien maîtriser, mais elle permet en revanche un gain de temps intéressant.


Quand et pourquoi l'utiliser ?
Dans les virage, de préférence pas dans les plus rapides, l'utilisation de cette technique de pilotage permet de mieux placer le karting dans un virage. Cette technique repose sur la savant mélange entre freinage, dérive, et braquage.


 


Comment l'utiliser ?
Il n'existe malheureusement pas de technique miracle, mais vous pouvez tenter avec cette méthode :


-Léger braquage dans le sens du virage, afin de réaliser un appel.


-Freinage important, provoquant ainsi la dérive du kart.


-Contrôle de la dérive, couplée à un bon dosage du freinage afin de rester à la limite du blocage.


 
-Lorsque le kart est suffisamment ralentit, stopper le contre braquage, et braquer afin de plonger à la corde du virage.
Astuce : pendant un freinage en appuis, il est conseillé de s'appuyer fortement sur le côté extérieur du siège ; cela évitera que le kart ne "sursaute" ou ne "bombe", ce qui est douloureux pour le pilote et pour la mécanique.

Dossier - La signification des drapeaux



En karting, comme dans tous les sports automobiles se pratiquant sur circuit, la bonne compréhension de la signification des drapeaux est prépondérante. C'est en effet le seul moyen dont dispose la direction de course pour communiquer avec les pilotes.


Voici la signification des drapeaux principaux, pouvant vous être présentés en karting.


 
Jaune : incident sur la piste, interdiction de dépasser les autres karting dans les secteurs où ce drapeau est présenté.

 
Rouge : Incident sur la piste imposant une neutralisation de la course. Reconduisez votre karting aux stands.

 
Vert : Fin de l'incident, est présenté après un drapeau jaune.
 

 
Rouge et jaune : Huile sur la piste (ou plus généralement, changement d'adhérence). Attention à ne pas perdre le contrôle du karting dans les secteurs concernés.

 
Noir : Exclusion de la course, le pilote concerné est prié de rentrer aux stands. Pénalise un comportement dangereux.

 
National : Départ de la course de karting.

 
Damier : Fin de la course.
Bleu : Vous allez être dépassé par un pilote plus rapide, écartez vous de la trajectoire. Attention aux sanctions si vous tardez à laisser passer le kart plus rapide.
avatar
BM63
Pilote
Pilote

Messages : 382
Points : 648
Date d'inscription : 03/04/2014
Age : 43
Localisation : Givord

Revenir en haut Aller en bas

Re: Techniques de pilotage

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum