Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

matra  

Derniers sujets
» Roland CHARRIERE
Ven 8 Déc - 17:13 par Admin

» Gerard Pradelle
Dim 26 Nov - 8:45 par bob2ben

» presentation
Ven 20 Oct - 13:48 par kakou301er

» je me présente : peredeced pour vous servir
Jeu 12 Oct - 19:10 par peredeced

» Alpine A110
Mer 4 Oct - 6:40 par frenchfan

» presentation
Lun 14 Aoû - 9:12 par Admin

» Alfa Romeo 183T
Dim 2 Juil - 19:45 par Péka

» Moi c'est la moto...
Mar 30 Mai - 16:15 par enrimores

» Yamaha FJ
Mar 11 Avr - 16:33 par Admin

Les posteurs les plus actifs de la semaine

visiteurs

Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Calendrier Calendrier


Paris-Bordeaux-Paris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Paris-Bordeaux-Paris

Message par countach le Jeu 31 Juil - 18:15

La course Paris-Bordeaux-Paris de juin 1895 est considérée comme la première véritable course de voiture de l'histoire, bien qu'en 1894 une autre course, [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], ait eu lieu. La distance était 1,178 km avec un départ d'un concurrent toute les deux minutes, la compétition était réservée au voitures de quatre place et plus transportant autant de passager qu'il y avait de place La course marqua le triomphe des les moteurs à pétrole sur ceux à vapeur. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] arrivé premier au bout de 48 heures et 48 minutes ne fut pas classé car sa voiture était une biplace.


Toutefois, le classement officiel ne récompensait que les voitures à quatre places. La victoire fut décerné à Paul Koechlin, qui est arrivé troisième sur sa Peugeot, 11 heures après Levassor qui avait effectué la course sur une voiture à deux places.




Le 11 juin, à 10h, un prologue a eu lieu, où les concurrents devaient relier l'Arc de Triomphe jusqu'au château de Versailles. À partir de midi et toutes les deux minutes les concurrents s’élançaient. L'ordre avait été déterminé par tirage au sort. 26 voitures et 4 bicyclettes prennent le départ. Les concurrents devaient passer obligatoirement par [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].



Liste des concurrents de la course, dans l'ordre du départ


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]pétrole48 h 48 min2
2 1 5Louis Rigoulot[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]pétrole54 h 35 min
16 A. Koechlin[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]pétrole59 h 48 min
8 Auguste Doriot[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]pétrole59 h 49 min
12 Hans Thum[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]pétrole64 h 30 min
7 Émile Mayade[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]pétrole72 h 14 min
28 Boulanger[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]pétrole78 h 07 min
13 Émile RogerRogerpétrole82 h 48 min
24 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]vapeur90 h 03 min
avatar
countach
Pilote
Pilote

Messages : 165
Points : 256
Date d'inscription : 01/05/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Paris-Bordeaux-Paris

Message par scuderia57 le Mer 6 Aoû - 14:50


La photo qui illustre l'accident de Marcel Renault est extraite de la revue l'Illustration - Journal Universel - du 30 mai 1903 les photos de l'article ont été prise par MM Deutsch (industriel parisien) et Renouard (ce qui signifie que la collection ACO possède une photo qui ne lui appartient pas).

Voilà en substance ce qu'il y a écrit dans l'article de l'époque: " A 5km de Couhé-Vérac (entre Poitiers et Ruffec), M. Marcel Renault suivait la voiture Decauville (n°4), conduite par M. Théry, et voulait la dépasser. La poussière l'empêcha probablement de voir le drapeau qu'on agitait pour signaler un tournant dangeureux. Il prit ce tournant à toute vitesse et sa roue droite d'arrière, ayant chassé, s'engagea dans un caniveau, puis cassa net. La voiture déviée accrocha alors un arbre et fit un tête à queue complet, projetant au loin conducteur et mécanicien. Nos photographies la représente telle qu'on l'a retrouvée, l'avant tourné vers Paris. La première de ces photographies nous a été communiquée par M. Deutsch (non visible dans le livre de Bonté & Ribémon), le grand industriel bien connu, qui suivant la course automobile, fut un des premiers sur les lieux et coopéra aux secours. M. Marcel Renault, dont l'état jugé désespéré, avait paru s'améliorer, est mort mardi soir à Poitiers, où on l'avait transporté."

Ceci est la légende des deux photos.

Maintenant voici, en résumé, ce que l'on peut lire dans l'ouvrage:

" Où Marcel Renault est-il mort, et quand ?

Les réponses à ces questions sont aussi nombreuses que variées.

Pourquoi pas Couhé-Vérac ? Mais Couhé-Vérac n'est pas un village, c'est une simple gare qui dessert Couhé, chef lieu de canton éloigné de cinq kilomètres.... Couhé-Vérac n'est pas sur la commune de Couhé mais dans celle de Ceaux-de-Couhé.... c'est dans la commune de Payré que s'éteignit Marcel Renault comme en fait foi l'extrait de l'acte de décès.

Lorsque vous passerez sur la route nationale 10 entre Poitiers et Angoulême, juste après avoir passé le lieux-dit "Les Minières" , il y a un panneau de signalisation où il est écrit : Monument M. Renault. C'est aussi une aire de repos très sommaire qui a conservé la courbe que devait emprunter la voiture.



Vous n'êtes pas sans savoir que son frère, Louis Renault, apprit la triste nouvelle en arrivant non pas à Bordeaux mais sur la commune des "Quatre Pavillons" (avant la grande descente vers la vallée de la Garonne d'où l'on aperçoit Bordeaux); il fit aussitôt demi-tour pour retrouver le lieux de l'accident. Arriver sur les lieux, il se rendit dans la ferme de Eugène Foucher; il y avait là sa mère, son autre frère Fernand et son parent le docteur Soupault ; Louis demanda à son frère Marcel: " Donne moi la main Marcel." Ce dernier le regarda et leva légèrement la main. Ce fut son dernier geste ce mardi 26 mai à 23h 45mn.
Le mercredi matin 27 mai à 9h 30 mn Louis est arrivé à Poitiers. Il s'est rendu directement à l'administration des pompes funèbres où il a commandé un cercueil et chène et plomb capitonné. La mise en bière eut lieu de jeudi 28 mai à 6 heures du matin puis le corps sera transporté à la gare de Couhé et mit dans le train pour Paris, .... etc.

L'acte de décés est enregistré dans les termes suivants: " L'an mil neuf cent trois, le vingt-sept mai, à huit heures du matin, par-devant nous, Epinoux louis, Maire, Officier de l'état civil de la commune de Payré, canton de Couhé, arrondissement de Civray, département de la Vienne, sont comparus TAVEREAU Cyriaque, curé, âgé de trente-deux ans et BERNARDIN Emile, instituteur, âgé de quanrante-six ans, demeurant tous les deux au chef-lieu de cette commune, non parents du défunt ci-après dénommé, lesquels nous ont déclaré que RENAULT mMarcel, ingénieur mécanicien âgé de trente-et un ans, né à Paris, quartier de Billancourt, fils de feu RENAULT Alofred et de dame MAGNIEN Louise-Berthe, sans profession, demeurant à Paris (Seine), célibataire, est décédé au domicile du sieur FOUCHER Eugène, propriétaire à Bourg-de-Vay en cette commune, hier à onze heures trois quarts du soir. Après nous être assurés du décés nous avons rédigé le présent acte dont nous avons donné lecture aux comparants qui ont signé avec nous." Signé TAVAREAU, BERNARDIN, EPINOUX.

Il est écrit aussi que, bien que célibataire, Marcel avait une maîtresse qu'il avait institué sa légataire universelle; il y a eu des tractations afin que cette jeune femme (Suzanne Davenay) abandonne le testament sinon la jeune société Renault sera déclarée en liquidation.
Vous trouverez ceci dans un livre écrit par Mr Saint Loup; lequel retrace l'entrevue entre Louis et Suzanne, ... etc. Le résultat de l'entrevue et des tractations fut une rente viagère de 10.000 fr (1903 ! ! ) elle fut servie et revalorisée chaque année jusqu'au décés de Suzanne Davenay en 1953.
avatar
scuderia57
Admin

Messages : 2983
Points : 5929
Date d'inscription : 17/07/2014
Age : 61
Localisation : Monaco

http://www.restoremania.org/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum