Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

Derniers sujets
» presentation
Ven 20 Oct - 13:48 par kakou301er

» je me présente : peredeced pour vous servir
Jeu 12 Oct - 19:10 par peredeced

» Alpine A110
Mer 4 Oct - 6:40 par frenchfan

» presentation
Lun 14 Aoû - 9:12 par Admin

» Alfa Romeo 183T
Dim 2 Juil - 19:45 par Péka

» Moi c'est la moto...
Mar 30 Mai - 16:15 par enrimores

» Yamaha FJ
Mar 11 Avr - 16:33 par Admin

» Nouveau QuiZ
Ven 16 Sep - 13:16 par FOURNIER

» Présentation
Dim 24 Avr - 16:16 par enrimores

Les posteurs les plus actifs de la semaine

visiteurs

Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

Calendrier Calendrier


Renault 12.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Renault 12.

Message par marcelo92 le Lun 28 Juil - 10:56

Les premiers exemplaires quittent les chaines d'assemblages de l'usine Renault de Flins en septembre 1969 sous deux versions: la L et TL. Cette dernière comporte quelques innovations, calandre en plastique noir, accoudoirs de portières, sièges avant séparés inclinables avec accoudoir central, miroir de courtoisie et éclairage de coffre. Deux ans plus tard c'est la sortie de la mythique Renault 12 Gordini qui atteint les 185km/h avec son moteur Cléon-Alu de 1 565cm3 type 807/20 issu de la R16 TS revu par le Sorcier (Amédée Gordini) qui entre en production régulière. Certaines modifications y sont apportées comme pour le villebrequin, l'admission et l'arbre à cames. Il est alimenté par deux carburateurs horizontaux double corps Weber, refroidi par un radiateur d'huile et servi par une boite à vitesses de cinq rapports. Le freinage est équipé de freins à disques ventilés à l'avant, ce qui en fait une première pour une voiture française, et deux autres à l'arrière. Sur ce modèle la goulotte de remplissage du réservoir d'essence est placé sur le côté gauche, contrairement aux autres gammes, qui se trouve à droite de la plaque minéralogique arrière, et sa capacité est de 89 litres. Côté extérieur la carrosserie est généralement de couleur Bleu-France avec deux bandes blanches, l'avant possède deux optiques additionnels longue portée protégés par de petits butoirs, prise d'air sur le capot, des jantes de cinq pouces et demi, et la suspenssion des pare-chocs (sauf sur les Gordini TL). A l'intérieur on trouve un volant trois branches, un compte-tours et des garnitures allégées. De 1971 à 1974, les 12G vont s'illustrer dans la Coupe Gordini et dès 1971 la Gordini va établir un record aux mains des frères Marreau sur le trajet Le Cap Alger. En 1972 des modifications sont apportées sur le reste de la gamme, supression de la dynamo au profit d'un alternateur et abandon des feux de position sur les ailes avant.
  La version à présentation sportive, de la TS apparait en juillet 1972, avec son moteur Cléon-Fonte de 1 289cm3 et un carburateur double corps emprunté à la R15TL sa vitesse maximale atteint les 150km/h. Elle est équipée de freins assistés et esthétiquement la 12TS est dotée de roues types Gordini, d'une baguette chromée sur l'arête des flancs et ses deux projecteurs à iode longue portée supplémentaires. Ils seront intégrés aux optiques principaux de type "Kangourou" dès 1973. L'intérieur est caractérisé par des sièges "intégral" avec appui-tête incorporés, un compte-tours, d'un indicateur de température du liquide de refroidissement et une console centrale. Sur les autres versions le frein à main prend place au plancher entre les sièges avant, du coup la banquette de la version L est remplacée par des sièges séparés et l'accoudoir central avant de la TL est supprimé. A l'extérieur les feux arrière perdent leur encadrement et les clignotants avant passent de l'orange au blanc. En 1973 la 12 sera la voiture la plus vendue, succédant ainsi à la Simca 1 100.
  La gamme s'étoffe en 1974 avec la version TS break et d'une berline TR Automatic à boite de vitesses automatique à pilotage électronique. La Renault 12 TR Automatic marie l'apect extérieur de la TL, avec une baguette latérale chromée supplémentaire et les sièges intégraux de la TS. Toutes les R12 de 1974 affichent le losange Vasarely à l'avant et un sigle en plastique noir sur l'arrière. Le tarif 1975 s'allège de la 12 Gordini, l'appelation est immédiatement récupéré par la R17TS. Les breaks L et TL se nomment respectivement pendant une courte année breaks LN et TN, ce dernier qui se distingue par sa baguette latérale chromée, aligne sa présentation sur le nouveau break TR Automatic et la berline L remplace ses enjoliveurs de roues par des ecrous chromés.
  A l'automne 1975, la R12 subit une cure de rajeunissement, avec sa nouvelle calandre bordée de gris, pare-chocs plus hauts avec feux et butoirs (sauf L) incorporés à l'avant, blocs optiques arrière agrandis avec feux de recul (TS), freins assistés sur tous les modèles (sauf berline L), planche de bord redessinée (sauf L) avec un combiné agrandi, extracteurs d'air latéraux horizontaux noir mat, nouvelles jantes à crevés rectangulaires (sauf L) et suppression des enjoliveurs de roues chromés. La L, qui voit sa puissance redescendre à 50ch roule à l'essence ordinaire. Pour 1978, la gamme se compose ainsi: 12 (le L disparait), 12 break, 12TL, 12 break TL, 12 Automatic, 12 break Automatic, 12 TS, et 12 break TS. Suite au lancement de la Renault 18 à partir de 1978, seuls les berlines TL et les breaks continuent (dont un break TS avec des roues de style Gordini). Les ceintures de sécurité arrière désormais obligatoires s'ajoutent et les feux deviennent bicolores. En 1980, la berline TL et le break TL se maintiendront une dernière fois au catalogue. Dans les années 70, la 12 est la voiture française la plus fabriquée à l'étranger dans les pays suivants: Australie (12GL), Afrique du Sud, Argentine, Canada (12 avec quatre projecteurs ronds de chez Soma, la R12 a connu une carrière disrète aux Etats-Unis), Colombie (Sofasa Envigado)), Côte d'Ivoire (SAFRAR), Espagne (12S avec projecteurs rectangulaires supplentaires encastrés chez FASA), Irlande (Smith Eng), Madagascar (SOMACOA), Maroc (SOMACA), Portugal (IRL), Roumanie (DACIA) qui en fabrique de nombreuses version jusqu'en 2004, Turquie (OYAK) à partir de son restylage en 1989 la 12 prendra le nom de Toros, et en Argentine.



Renault 12 TL 1969

R12 L

Renault 12TS

12TL

R12 Gordini


1973 rallye Monte-Carlo Ragnotti/Jaubert R12 Gordini

12Gordini

 
Fasa-Renault 12S

Renault 12TX

1973 R12TN

TL restylée

1975 R12TL break

1989.R12TSW

R12SW.

1977. Dacia 1300 fabriquée sous licence en Roumanie
avatar
marcelo92
Pilote
Pilote

Messages : 314
Points : 606
Date d'inscription : 05/04/2014
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum