Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» SIO / présentation rapide
Mar 27 Mar - 19:51 par sio

» Roland CHARRIERE
Ven 8 Déc - 17:13 par Admin

» Gerard Pradelle
Dim 26 Nov - 8:45 par bob2ben

» presentation
Ven 20 Oct - 13:48 par kakou301er

» je me présente : peredeced pour vous servir
Jeu 12 Oct - 19:10 par peredeced

» Alpine A110
Mer 4 Oct - 6:40 par frenchfan

» presentation
Lun 14 Aoû - 9:12 par Admin

» Alfa Romeo 183T
Dim 2 Juil - 19:45 par Péka

» Moi c'est la moto...
Mar 30 Mai - 16:15 par enrimores

Les posteurs les plus actifs de la semaine

visiteurs

Juin 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier


De Tomaso Mangusta

Aller en bas

De Tomaso Mangusta

Message par enrimores le Ven 25 Avr - 9:37

[size=48]1967 De Tomaso Mangusta...
[/size]Voici mes impressions de conduite d'un monstre de la route, mangeur de taureaux et de petits cavallini rampanti, qui se présente comme une mangouste, avec la grâce d'une bête de race et le cœur d'un ogre sanguinaire...
Un article coup de cœur en somme... pour une voiture que j'ai possédé fin des années '90 et qui... pour une fois, ne m'a apporté que des joies et plaisirs...



Prendre un richissime Argentin et lui inculquer un amour immodéré du sport automobile..., amener Ford à lui vendre à des prix acceptables un V8 de 4,7 litres..., aller chercher en Allemagne une boîte cinq vitesses..., extirper à un talentueux dessinateur italien une silhouette particulièrement réussie..., acheter l'un des plus grands noms de la carrosserie italienne..., se débrouiller enfin pour persuader chaque année un peu plus de deux cents Américains de débourser 21.500 dollars..., voilà la recette d'Alejandro De Tomaso, gentleman-driver à l'origine..., devenu ensuite constructeur à Modena, après Ferrari, Maserati et autres maniaques de la fusée à roulettes.
Le résultat de cette recette aussi complexe qu'onéreuse, c'est la Mangusta ! 
Dans la réalité, la mangouste est une sorte d'écureuil de combat, ennemi farouche des serpents les plus venimeux, qu'elle attaque et qu'elle vainc souvent grâce à des attaques d'une promptitude affolante.
Kipling l'a chantée comme il lui sied et il me fallait également son talent pour tapoter un texticule bien couillu concernant cette voiture..., me semblait-il avant de boire une bonne lampée de Rhum-Cola... et de me laisser aller à rassembler mes souvenirs.



Au milieu des années soixante, deux faits se juxtaposent...
- Alejandro De Tomaso souhaite construire une évolution de l’AC Cobra, qui serait équipée d’un même moteur V8 Ford... mais dotée d’une carrosserie Ghia dessinée par Filippo Sapino. La mayonnaise qui avait réussi pour Carrol Shelby, ne prend pas pour Alejandro De Tomaso..., le bouillant Italo-argentin décide alors de se venger, faute de Cobra, il sortira la Mangusta (la mangouste, ennemie mortelle du cobra…), à propos de laquelle il demande à Giugiaro de créer l’anti-Cobra.
- Giorgietto Giugiaro souhaite quitter Bertone, dont il est le directeur du style. A la recherche d’une forte personnalité et d’un grand talent pour relancer Ghia et lui permettre de renouer avec l’avant-garde, Giacomo Gaspardo Moro, le directeur de la carrosserie, ne rate pas l’occasion, il le fait venir chez lui. Les débuts de la nouvelle recrue ont pour cadre le salon de Turin de 1966. Ils sont fracassants. Le stand Ghia présente les "torpilles" du maître Giugiaro, la Pampero et surtout deux chefs-d’œuvre absolus, la Ghibli et la Mangusta (une quatrième voiture moins intéressante est exposée, la Vanessa).
Le monde de l’automobile assiste à la naissance de deux étoiles, Giugiaro s’installant d’emblée au firmament du design avec De Tomaso à ses cotés...



La Mangusta a pour origine une barquette de compétition De Tomaso à moteur central arrière : le prototype P70.
Dessinée par Pete Brock, le styliste de Carroll Shelby... et motorisée par un V8 Ford de cinq litres, la De Tomaso P70 a été construite par la carrosserie Fantuzzi.
Exposée au salon de Turin de 1965, cette machine n’a pas connu de suite, sa participation au championnat du monde ayant été reportée sine die par manque de moyens.
Pour la Mangusta, Alejandro De Tomaso ressort ce châssis qu’il confie à Giugiaro qui en est bien inspiré, puisque son style va constituer une rupture dans l’histoire Ghia, tranchant avec les précédentes créations de la carrosserie.
Aux lignes douces de Filippo Sapino succède ainsi un design d’une grande vigueur.
Agressive et gracile tout à la fois, la ligne de la Mangusta jouit d’une grande pureté.
Le magnifique fastback se soulève entièrement pour accéder au moteur, mais en deux parties articulées dans l’axe de la voiture.
Si elle ne favorise guère la visibilité, cette formule spectaculaire ne manque pas d’attirer les curieux…
La Mangusta entre en production en 1967.
La caisse est réalisée par Ghia et la mécanique est montée chez De Tomaso à Modène.
La motorisation est confiée à un Ford V8 implanté en position centrale arrière.
Il s’agit du 289 c.i. (4,7 litres), qui développe 305 ch et permet à la voiture de filer à près de 240 km/h.
Il est accouplé à une boîte de vitesses ZF à cinq rapports.
La transmission est dotée d’un différentiel à glissement limité.



Construite jusqu’en 1970, la Mangusta connaîtra le succès commercial, sa diffusion atteignant environ 400 exemplaires, dont plus de la moitié aux États-Unis (en version 4,9 litres).
Un an après sa présentation, la berlinette donnera le jour à un prototype de spider, toujours dû à Giugiaro, mais il n’aura pas de suite.
Il est possible de faire la petite bouche en regardant les ouïes latérales d'aération, les passages de roues arrière rebondis, ou même le dessin de la lunette arrière..., mais l'ensemble atteint néanmoins une pureté qui laisse pantois.
Avec la grâce un peu monstrueuse et méchante qu'affichent volontiers les jets de combat, la Mangusta glisse littéralement au ras de la route !
1,1 mètre de haut, s'il vous plaît... et ses proportions sont harmonieuses à un point tel qu'il est difficile à l'œil d'apprécier ses dimensions exactes.
Quant à la pureté des lignes, le vent de la vitesse ne s'y trompe pas : à 250 km/h au compteur, les sifflements aérodynamiques sont pratiquement absents et le profil s'inscrit dans l'air, sans que le train avant manifeste jamais la moindre velléité de passer dans une troisième dimension généralement peu appréciée, on le conçoit, par les pilotes.



La Mangusta est très confortablement chaussée, ses splendides jantes en alliage de magnésium sont garnies à l'avant de 185 x 15 et, à l'arrière, de 225 x 15, à rendre jaloux tout propriétaire de Ferrari.
Ces pneus extra-larges achèvent de donner à la voiture un cachet assez extraordinaire... et lorsqu'on ouvre les portières qui, ô miracle, n'accrochent pas toutes les bordures de trottoir, la sobriété fonctionnelle avec laquelle l'intérieur est traité, correspond à la discrétion élégante et à la magnifique finition de la carrosserie dessinée par Giugiaro et réalisée à Turin dans les ateliers de Ghia.
Sans emprunts à l'astronautique, le tableau de bord comporte une instrumentation de choix avec un petit volant fort sympathique mais dont le faible diamètre surprend beaucoup par rapport à la largeur de la voiture.
Les sièges-baquets sont bien dessinés, suffisamment moelleux et l'accessibilité est correcte pour les corps souples, bien que la fin de la trajectoire puisse réserver des contacts inattendus..., avec un pare-soleil d'ailleurs rembourré, ou avec un rétroviseur diablement encombrant, ne serait-ce qu'en raison de son orientation.
La Mangusta ne peut accueillir que deux passagers mais elle les accepte en revanche à demi-couchés, dans la position "chaise longue" mise à l'honneur par les Formule 1 et que l'on apprécie tellement après accoutumance, bien que dans le cas présent, les têtes ne disposent pas des appuis confortables que la puissance des accélérations (environ 25 secondes au kilomètre), autant que la position générale, rendent indispensables.



Derrière les deux sièges, c'est l'écurie...
On la distingue à peine ; changer une bougie ou vérifier l'huile, c'est toute une affaire mais l'architecture est néanmoins irréprochable.
A l'extrémité d'un châssis-poutre d'une rigidité absolue, le moteur est planté en avant des roues arrière motrices, avec une répartition théorique des masses de 44% sur l'avant et de 56% sur l'arrière.
Seulement, ce moteur n'est pas un échantillon de ces pur-sang de la technique auxquels Ferrari ou Lamborghini nous ont habitués.
Certes, il y a quand même huit cylindres, ils sont en V, mais la traditionnelle batterie de carbu est absente (l'unique élément comporte quand même quatre corps)..., ainsi que les arbres à cames en tête.
Pour séduire les Américains et aussi afin de ne pas trop se compliquer l'existence, Alejandro De Tomaso a tout simplement choisi un V8 Ford de 4728cc (4,9 litres en option), travaillé au point de vue culasses, arbre à cames et courbe d'allumage, afin de développer la coquette puissance de 305ch DIN à 6200 t/min.
Mais parler c'est bien joli..., il vaut mieux conduire !



Au volant de la Mangusta, j'ai remonté les Champs-Elysées, dévalé l'Autoroute du Nord, batifolé dans les Apennins, pour terminer par quelques sprints à 6200 t/min en cinquième.
La vertu majeure de la Mangusta, c'est la docilité étonnante avec laquelle elle s'adapte à toutes les circonstances.
Elle est souple en ville et sa direction à crémaillère n'est pas dure, sauf à l'arrêt.
Sur autoroute, sa stabilité de trajectoire à très grande vitesse apparaît presque miraculeuse par rapport à toutes les voitures du même style et en montagne, elle s'avère d'une maniabilité que sa puissance, ses dimensions et son poids (près de 1200 kg), ne laissent pas soupçonner a priori.
Grâce au moteur central, aux réglages de son train avant et de ses suspensions et à sa rigidité, la Mangusta pose à son pilote des problèmes dont l'acuité technique se classe au moins cinquante kilomètres plus bas que les vitesses effectivement réalisées.
Dans les rectilignes, elle file tout droit et toute seule...
Les grandes courbes s'absorbent avec une nonchalance affectée du plus impressionnant effet...
Quant aux virages serrés, ils se passent à l'accélérateur, avec de légers déboîtements de l'arrière, comme pour la plupart des voitures munies d'un pont auto-bloquant qui, en virage, pousse plus ou moins en ligne droite si l'on n'a pas pris soin d'accompagner la voiture du pied droit.
D'ailleurs, la Mangusta est réglée à l'origine en sous-dirigée et de ce fait (ainsi que la direction un peu trop démultipliée), facilite la conduite sur autoroute à grande vitesse tout en garantissant la santé des réactions à vitesse moyenne, même avec un pied droit un peu nerveux (attention quand même aux chevaux en sortie de virage !)



Et puis la Mangusta est une voiture intelligente.
Elle possède, bien entendu, des lève-glace électriques (les glaces se baissent peu, hélas) et, par surcroît un très efficace climatiseur est monté en série.
Avec de grandes surfaces vitrées et une vitesse de pointe de 240 km/h, comment concilier autrement les deux nécessités contradictoires : fermer les vitres et ne pas mourir de chaleur ?
Il est vrai qu'on peut formuler d'autre part des critiques : ainsi, la visibilité vers l'arrière est purement symbolique..., les pédales sont décalées vers le centre de la voiture et laissent peu de place pour le repos du pied gauche..., le pitoyable petit frein à main est mal placé... et les commandes des essuie-glace ainsi que du lave-glace sont situées trop loin du volant.
Tout cela, c'est vrai, mais lorsqu'on sent dans chaque fibre de son corps la puissance des accélérations... 1ère: 90... 2ème: 150... 3ème: 180... 4ème: 215... 5ème..., la suite, on oublie les détails, même si le battement assez discret du V8 ne peut se comparer au rugissement des douze cylindres d'une Ferrari.
La Mangusta, c'est d'abord une magnifique carrosserie... et puis ensuite, une désinvolture dans la vitesse, une sécurité dans le monstrueux qui compose un cocktail que l'on n'espérait pas.
Elle n'est sans doute pas la voiture idéale, mais une chose est certaine : quand on l'a conduite, on ne l'oublie pas !
avatar
enrimores
Pilote
Pilote

Messages : 759
Points : 1445
Date d'inscription : 03/04/2014
Age : 61
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum