Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

matra  

Derniers sujets
» Roland CHARRIERE
Ven 8 Déc - 17:13 par Admin

» Gerard Pradelle
Dim 26 Nov - 8:45 par bob2ben

» presentation
Ven 20 Oct - 13:48 par kakou301er

» je me présente : peredeced pour vous servir
Jeu 12 Oct - 19:10 par peredeced

» Alpine A110
Mer 4 Oct - 6:40 par frenchfan

» presentation
Lun 14 Aoû - 9:12 par Admin

» Alfa Romeo 183T
Dim 2 Juil - 19:45 par Péka

» Moi c'est la moto...
Mar 30 Mai - 16:15 par enrimores

» Yamaha FJ
Mar 11 Avr - 16:33 par Admin

Les posteurs les plus actifs de la semaine

visiteurs

Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Calendrier Calendrier


Lola T70

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lola T70

Message par bobossfr le Sam 13 Déc - 19:24

En 1956, Eric Broadley fonde Lola, société spécialisée dans la construction de voitures de sport. Très vite, les succès arrivent dans des catégories aussi diverses que les formules sport 1100, Junior, Formule 1... En 1963, Broadley se tourne vers le championnat du monde des constructeurs GT et présente la Lola Mk6. Au même moment, Ford s'est fixé comme objectif une victoire aux 24 Heures du Mans. Mais n'ayant pas de département compétition, la firme américaine cherche un partenaire. Après l'échec des négociations avec Ferrari, Ford se tourne vers Lola, avec qui est signé un contrat de sous-traitance. Eric Broadley travaille donc à la conception de la Ford GT40, en prenant comme base sa propre Lola. Suite à des différents et à une ambiance de travail difficile (Ford ayant tendance à le traiter comme un sous-fifre), Broadley quitte l'équipe et reprend son travail pour construire son propre prototype. Ce dernier, la Lola spyder MkI T70, reprend en grande partie les conceptions techniques de la Ford GT40. La voiture qui nous intéresse aujourd'hui, la Lola T70 MkIII, sera présentée en 1967 au Racing Car Show. Reprenant le châssis des spyders Mk1 et Mk2, elle s'en distingue par sa carrosserie fermée à portes papillon, signée Peter Bohanna et Jim Clarke, de la firme "Specialised Mouldings". En l'absence du soutien d'un grand constructeur, seules des écuries privées l'engageront en courses. De ce fait, malgré son potentiel réel, elle ne put que jouer des seconds rôles. Ce palmares en demi teinte ne l'empêche pas d'être aujourd'hui très prisée en collection et d'être engagée en courses historiques avec panache face à ses anciennes rivales Ford, Ferrari et Porsche.


 
Et Sbarro dans cette histoire, me direz-vous ? A l'époque, il était chef mécanicien dans la célèbre écurie Filipinetti, qui engageait en course Ferrari P3 et... Ford GT40. Cette dernière n'avait aucun secret pour notre homme. Il en a d'ailleurs construit des répliques de très grande qualité à partir de pièces d'origine, identiques aux modèles originaux. C'est pourquoi il ne faut pas s'étonner qu'Eric Broadley lui-même demande à Franco Sbarro de construire pour son usage personnel une Lola T70 MkIII adaptée pour la route. Que le concepteur de la T70 en personne s'adresse à Sbarro montre bien les qualités de ce dernier, remarqué lors des quatre années passées chez Filipinetti. Il fallut environ un an pour que Sbarro honore la commande et livre à Broadley une voiture couleur "Green British Racing".
 
Entre temps, l'ACA (l'Atelier de Construction Automobile), la société fondée par Sbarro, reçoit douze commandes pour une Lola T70 MkIII. Certains clients restent fidèles au modèle original, optant pour le moteur Chevrolet V8 équipant la voiture de course. D'autres se sont écartés de l'exactitude technique, préférant l'un un moteur Ferrari V12, l'autre un moteur Porsche 911 turbo 3.3 litres. Hormis la motorisation, toutes les Sbarro Lola partagent le même châssis et la même carrosserie. Ce qui n'est pas sans poser quelques problèmes pour une utilisation routière, dûs à l'habitacle étriquée, à la mauvaise visibilité arrière et latérale et à l'accès à bord réservé à des conducteurs souples et pas trop grands ! Une fois lancée, la Sbarro Lola est une voiture difficile à conduire (à piloter devrai-je écrire !) : elle reste avant tout une voiture de compétition, même si Sbarro a habillé l'intérieur de cuir et installé une climatisation et un équipement radio sur certains modèles.


 
Les Sbarro Lola T70 MkIII atteignent un tel degré de fidélité que bien des experts s'y tromperaient (sauf pour les modèles à moteurs Ferrari ou Porsche bien sûr). Données pour plus de 300 km/h, les performances sont spectaculaires. Je doute cependant que les propriétaires aient pu les exploiter pleinement sur route ouverte. Mais comme au temps des gentlemen driver, ils peuvent s'offrir le luxe de rallier le circuit le plus proche au volant de leur voiture, effectuer quelques tours à pleine vitesse puis repartir sereinement par la route. Un luxe que peu de voitures peuvent offrir.
 
 
 
 motorisations
 8 cylindres en V Chevrolet ou Ford
ou V12 Ferrari
ou 6 cylindres turbo Porsche (Lola H.H.)
disposition
central arrière longitudinal
cylindrée
5020 cm3 (102,4 x 76,2 mm)
quatre carburateurs Weber 48
puissance
500 ch à 8000 tr/mn
couple
55 mkg (estimation)
transmission
propulsion
boîte de vitesses
boîte manuelle 5 vitesses ZF ou Porsche (Lola HH)
poids
environ 900 à 950 kg (à vide)
 
1,8 kg par cheval
freins
4 freins à disques ventilés
dimensions
longueur 4,80 m ; largeur 1,85 m ; hauteur 0,95 m  ; empattement 2,41 m.
vitesse maximale
+ 300 km/h
production
13 exemplaires
avatar
bobossfr
Pilote
Pilote

Messages : 194
Points : 258
Date d'inscription : 10/12/2014
Age : 52
Localisation : Montpellier

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum