Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» SIO / présentation rapide
Mar 27 Mar - 19:51 par sio

» Roland CHARRIERE
Ven 8 Déc - 17:13 par Admin

» Gerard Pradelle
Dim 26 Nov - 8:45 par bob2ben

» presentation
Ven 20 Oct - 13:48 par kakou301er

» je me présente : peredeced pour vous servir
Jeu 12 Oct - 19:10 par peredeced

» Alpine A110
Mer 4 Oct - 6:40 par frenchfan

» presentation
Lun 14 Aoû - 9:12 par Admin

» Alfa Romeo 183T
Dim 2 Juil - 19:45 par Péka

» Moi c'est la moto...
Mar 30 Mai - 16:15 par enrimores

Les posteurs les plus actifs de la semaine

visiteurs

Juin 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier


Les moteurs de F1

Aller en bas

Les moteurs de F1

Message par enrimores le Sam 19 Avr - 18:42



Je débute l'année 1950 avec en premier le moteur de ll'afetta 158 de Farina.

Selon les coutumes de l'époque, l'appellation « 158 » fait référence à la cylindrée de 1,5 L et au nombre de cylindres (8 en ligne). Le moteur est suralimenté avec un compresseur volumétrique « Roots ».

Dès les premiers essais au banc en 1938, ce moteur montre ses hautes qualités de performance et de fiabilité. Les ingénieurs Alfa Romeo arrivent à en tirer 180 chevaux à 6 500 tr/min, une puissance qui, pour sa première participation en course, est portée à 195 ch à 7 000 tr/min.

Pour la saison 1950 la puissance est portée à 350 ch à 9800 tr/mn.

L'alimentation était : Méthanol 98.5 %, huile de ricin 1 %, et eau 0.5 %.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

BRM V.16 : histoire de continuer la "saga"...



En 1951,BRM effectue ses véritables débuts en championnat du monde,à l'occasion de son épreuve nationale,avec la P.15 propulsée par cet étonnant V.16 compressé.
Ce premier défi de BRM tournera,hélas,à la confusion...


Anecdote : le pilote officiel était Reg Parnell qui,par la suite,deviendra un manager


inspiré,en embauchant des futures "pointures" comme : Chris Amon,Peter Revson ou Mike Hailwood...



J'ai trouvé le type 15. 1500 cm3 600 ch à 12000 tr/mn.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Je présente le moteur Ferrari 212 de 1951


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Sous son capot, chante un V12 à 60° de 2562 cm3 en alliage léger. Doté d'un arbre à cames en tête par banc de cylindres et gavé par trois carburateurs quadruple corps, il développe 200 ch. La voiture dépasse les 230 km/h. La 212 courra jusqu'en 1953. En fait ce moteur anticipait la réglementation future de 1952 passant de 4.5 l atmo (1500 cm3 compresseur) à 2 litres atmo (500 cm3 compresseur).



1952 Nouveaux moteurs sauf chez Alfa qui déclare forfait.


Ici Le Gordini type 16.

-Type: 6 cylindres en ligne

-Cylindrée: 1 988 cm3


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Premier moteur de Gordini après sa séparation de Simca.

-Puissance: 160 ch à 7 000 tr/min


Maserati 1952

Le moteur à 6 cylindres en ligne de 2 litres, 2 ACT, deux soupapes par cylindre, trois carburateurs Weber double-corps (de 38 initialement, de 40 sur les séries II et III) développe de 160 à 197 ch. Il a été conçu par Alberto Massimino et Vittorio Bellentani. D’abord de 1 987 cm³ (longue course, 72,6 x 80 mm, taux de compression de 13,5:1, de 160 ch, en 1951 et 1952) puis de 1 989 cm³ (carré, 75 x 75 mm, taux de compression de 13,5:1, à double allumage, de 180 ch, fin 1952) et enfin de 1 960 cm³ (super carré 76,2 x 72 mm, taux de compression de 12:1, à double allumage, de 197 ch, en 1953). Le moteur était servi par une boîte à 4 rapports.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


1961–1965:

Moteur atmosphérique de 1500 cc. Suralimentation interdite. Poids minimum de la monoplace : 450 kg.

- A partir de 1961 :


Le vainqueur d'un grand prix marque 9 points et non plus 8.


1966–1985 et là on connaît.


Moteur atmosphérique de 3000 cc ou moteur suralimenté de 1500 cc .

Poids minimum de la monoplace : 500 kg.


Petite rectification

1954–1960 :

Retour à la règlementation F1. Moteur atmosphérique de 2500 cc ou suralimenté de 750cc

Le moteur en 1954 de la lancia D50.



Type DS50 puis D50A, central-avant, semi-porteur intégré au châssis dans sa partie antérieure et auquel sont fixés les éléments de la suspension, incliné de 12° par rapport à l’axe longitudinal de la voiture, bloc en alliage « siluminum », pistons en alliage léger avec 5 segments, bielles en acier trempé.

Architecture

8 cylindres en V à 90°.

DS50 1e version : 2 485,99 cm³, 76 mm × 68,5 mm



DS50 2e version : 2 488,02 cm³, 73,6 mm × 73,1 mm



D50A : 2 477,29 cm³, 74 mm × 72 mm.



Distribution


2 arbres à cames en tête (un par rangée de cylindres) commandés par double chaîne, 2 soupapes par cylindre, inclinées de 40° par rapport à l’axe du cylindre, soupape d’admission de 46 mm de diamètre, soupape d’échappement de 42 mm.


Taux de compression


de 10,5:1 à 12:1 selon les versions.

Allumage

double allumage (2 bougies par cylindre) Magneti-Marelli.


Et voici la photo de ce beau moteur.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




Mercedes 196 1954.


Moteur M196

Vitesse maximale : 290 km/h

Puissance : 260 chevaux à 8 500 tr/min en 1954 et 295 chevaux en 19551.

Couple : 247 N·m à 6 300 tr/min.

Moteur : 8 cylindres en ligne M196, incliné vers la droite à 37 degrés.

Cylindrée : 2 496 cm3, alésage 76 mm, course 68,8 mm, chambre de combustion hémisphérique, pistons Mahle

Alimentation : injection directe Bosch

Carburant Esso RD1 (45 % benzol, 25 % méthanol, 25 % AvGas à octane très élevé, 3 % acétone, 2 % nitrobenzène).

Réservoir : 244 litres.

Allumage par magnéto Bosch.

Distribution : double arbre à cames en tête, soupapes à commande desmodromique.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




Maserati 250 F1

(1954-1960)

Le Maserati six cylindres qui équipa la plus que marquante 250F permit à cette reine de la F1 de tenir son rang tout au long de l'ère des Grands Prix en 2.5 litres (soit entre 1954 et 1960). Juan Manuel Fangio lui apporta son premier titre mondial en 1954 et son dernier trois ans plus tard.

Ce 2493 cm3 (avec alésage et course de 84 x 75 mm) développait 240 chevaux à 7400 tr/min avec de l'essence au méthanol. Son développement se poursuivit en 1954 (tête de cylindre, bielle et train de soupapes révisés), lui faisant atteindre les 8000 tr/min. Vers 1957, il développait 270 chevaux, grâce au nitro-méthane ajouté à son mélange de méthanol/benzol.

-Type: 6 cylindres en ligne

-Cylindrée: 2 494 cm3

-Puissance: 260 ch à 7 000 tr/min (1954-1955)

270 ch à 7 400 tr/min (1956-1957)

290 ch à 8 000 tr/min (1958-1960)


Maserati 250 F1 V12

(1957)

-Type: 12 cylindres en V

-Cylindrée: 2 500 cm3


-Puissance: 315 ch à 10 000 tr/min


Le L6 double allumage.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]






[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Bugatti 2.5 L8

(1956)

-Type: 8 cylindres en ligne (moteur transversal placé en avant de l'essieu arrière)

-Configuration: 2 ACT, 4 carbus WEBER double corps

-Cylindrée: 2 486 cm3

-Puissance: 230 CV à 8 000 tr/mn



Vanwall 254


(1954-1960)

-Type: 4 cylindres en ligne

-Cylindrée: 2 237 cm3 (1954) puis 2 490 cm3

-Puissance: 210 ch à 6 500 tr/min (1954), 285 ch à 7 600 tr/min (1960)

-Constructeur: Vanwall


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Allez un petit tour en 1962 avec le moteur Porsche F1.


1.5 litre 185 ch 8 cylindres à plat. Ce moteur équipe la Porsche 804.

Photo du moteur.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Suite avec la belle aventure du TAG Porsche (1981-1987).


Caractéristique du moteur Porsche :


• Architecture : V6 à 90°, turbocompressé, en alliage d'aluminium.

• Cylindrée : 1 499 cm3 en 1983, 1 496 cm3 de 1984 à 1987.

• Alésage : 82 mm.

• Course : 47,3 mm.


• Régime maximal : 11 500 tours par minute en 1983 et 1984 puis 12 000 tours par minute (1985 à 1987).

• Puissance maximale : 700 ch (1983), 750 ch (1984-1985), 850 ch (1986-1987)


Avec ce moteur McLaren totalisa 420 points en championnat 25 victoires 2 titres de champion du monde des constructeurs et 3 titres pilotes.


Et sa photo.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Hommage à Hans Mezger qui vient de fêter ses 85 ans.


Hans Mezger est né le 18 Novembre 1929 à Besigheim, Souabe. Après avoir été diplômé de l'école secondaire et l'étude de conception de la machine, il a commencé à Porsche en 1956, travaille sur le développement moteur. Le premier d'une longue série de moteurs de course conçus par lui était le 1,5 litre moteur huit cylindres utilisés dans la Porsche 804 voiture de course de Formule 1, dans lequel Dan Gurney a remporté le Grand Prix français en 1962. Au cours de la prochaine décennie, le travail de Hans Mezger allaient de la conception du légendaire moteur six cylindres boxer de la Porsche 911 à l'élaboration de la légendaire Porsche moteurs turbo utilisés dans la production de voitures et de courses de deux. Un point culminant particulier est le refroidissement par air du moteur douze cylindres de la Porsche 917, qui a produit jusqu'à 1.200 chevaux dans la version de 1973 CanAm.

Après avoir développé autant de voitures de course réussis, tels que la

Modèles Porsche 935, 936 et 956/962, Hans Mezger se consacre au début des années 1980 à une commission client particulier: il a conçu le "TAG-Porsche Turbo faite par" pour les Britanniques écurie McLaren - un moteur de Formule 1 qui a produit jusqu'à 1000 chevaux d'une capacité de seulement 1,5 litres. De 1984 à 1986, le moteur produit au centre de développement de Weissach dominé l'élite du sport automobile.



Voici l'envers du succès !


Porsche V12 3.5

(1991)

Au vu des critères de Porsche, son 3.5 litres V12 à 80°, conçu pour l'écurie Footwork en 1991, fut un échec retentissant. Bien que rapidement modifié, il affichait 190 kg sur la balance, là ou le Cosworth HB de Ford pesait moins de 135 kg, le V10 Ilmor et le V12 Ferrari culminant à 140 kg, le Cosworth DFR 150 kg et le V12 Honda 160 kg. Qu'il développât ou non 680 chevaux à 13.000 tr/min relève du détail.
Parmi ses innovations, on pouvait relever un coupe-moteur pour sa propulsion, arbres à cames et autres accessoires depuis le centre du vilbrequin. Dès le départ, il fut la proie de ratés mémorables au niveau du système de refoulement d'huile, parvenant à peine à couvrir un tour sur certaines pistes avant d'exploser. Mais lorsque tout parvenait à fonctionner, il faisait un bruit fantastique...

-Type: 12 cylindres en V

-Cylindrée: 3 499 cm3

-Puissance: 680 ch à 13 000 tr/min

-Poids: 190 kg


Et la photo.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
enrimores
Pilote
Pilote

Messages : 759
Points : 1445
Date d'inscription : 03/04/2014
Age : 61
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum