Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

matra  

Derniers sujets
» Roland CHARRIERE
Ven 8 Déc - 17:13 par Admin

» Gerard Pradelle
Dim 26 Nov - 8:45 par bob2ben

» presentation
Ven 20 Oct - 13:48 par kakou301er

» je me présente : peredeced pour vous servir
Jeu 12 Oct - 19:10 par peredeced

» Alpine A110
Mer 4 Oct - 6:40 par frenchfan

» presentation
Lun 14 Aoû - 9:12 par Admin

» Alfa Romeo 183T
Dim 2 Juil - 19:45 par Péka

» Moi c'est la moto...
Mar 30 Mai - 16:15 par enrimores

» Yamaha FJ
Mar 11 Avr - 16:33 par Admin

Les posteurs les plus actifs de la semaine

visiteurs

Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Calendrier Calendrier


Le projet russe 903, l'étrange Ekranoplan...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le projet russe 903, l'étrange Ekranoplan...

Message par scuderia57 le Lun 29 Sep - 17:36

En 1987, les services secrets occidentaux, principalement américains mais également britanniques, sont intrigués par un aéronef géant construit par les Soviétiques.
Surnommé "le monstre de la Caspienne" pour avoir été repéré sur cette mer grâce à des prises de vue de satellites espions américains, l'aéronef intrigue.



Le monstre de la mer Caspienne révèle des dimensions hors-normes : 100 mètres de long, un poids de 550 tonnes et une vitesse de plus de 550 km/h à trois mètres au ras de l’eau !
L’Ekranoplan, produit en 1987, s'avère être un appareil porteur de missiles, équipé de dix turboréacteurs sur sa partie antérieure, qui se situe à mi-chemin entre la vedette rapide lance-missiles et le Super Jumbo à effet de surface.



En Russie, il a été appelé Lun d'après le nom d'un oiseau de proie, le busard Saint-Martin.
Un autre nom, plus militaire, était : 
"Projet 903".
Les russes avaient l’intention de construire un appareil encore trois fois plus gros, vu son indétectabilité par les radars de l'époque (hauteur de vol très basse) : 1500 tonnes pour une vitesse de 900 km/h.



Les motorisations de démarrage et de croisière étaient réunies en un seul et même ensemble, constitué de deux fois quatre turboréacteurs de 10 tonnes de poussée unitaire qui assumaient simultanément la propulsion des phases décollage et croisière.



L'appareil, équipé de 3 batteries doubles de missile mer-mer de type Moskit (SS-N-22 Sunburn dans la classification OTAN) et de 3 radars de surveillance et d'acquisition d'objectifs, mesure 73,8mètres de long et 44 m d'envergure.



Cet appareil est donc l'un des plus grand avion jamais construit, en comparaison des 73 mètres de l'Airbus A380.
Il présentait également la particularité de pouvoir voler à une altitude relativement élevée pour ce type d'engin puisque, s'il faut en croire son constructeur, le Lun pouvait "grimper" et "voler" à 500 m d'altitude.



Sa charge utile était annoncée pour 40 tonnes seulement mais sa capacité d'emport en hommes était plus intéressante dans la perspective d'une application de transport de passagers, puisqu'elle était de l'ordre de 400 places sur 3.000 km.



En raison de la fin de la guerre froide et du désarmement partiel le projet a été modifié pour produire un avion de secours en mer..., mais il ne fut jamais terminé.



En 2005, les engins de ce type ont été déclassés par l'Organisation maritime internationale parce qu'ils devaient être considérés comme des navires de type hydrofoil plutôt que des avions. 
En outre, il ne comportait aucun train d'atterrissage, seulement un énorme hydrosky..., il, n'avait dès-lors aucun moyen autonome pour manoeuvrer sur la terre..., raison pour laquelle un dock flottant avait été conçu.



Cet étrange engin avait été divisé en 4 parties : la partie avant comportait la timonerie/cabine de pilotage et était le corps de maintien des 8 moteurs principaux..., la partie centrale supérieure était entièrement équipée d'installations de surveillance des essais et d'un complexe de radio-navigation et de communication..., la partie centrale inférieure était la quille qui comportait les batteries et générateurs pour l'approvisionnement en électricité au cours des mouillages..., la partie arrière (la queue) comportait le quartier de tir et une toilette.
Le stabilisateur avait une hauteur de 12 mètres au-dessus de la flottaison !

 

L'équipage se composait de 7 officiers et 4 sous-officiers qui devaient être tout à fait autonome pour 5 jours.
En 1989 le Monstre de la Mer Caspienne a soi-disant disparu dans un accident en cause d'une erreur de pilotage... et les enthousiasmes se sont alors refroidis.
Il n'en était rien, le projet avait simplement été abandonné et l'avion caché dans un hangar.



Actuellement, avec le prix du pétrole qui monte sans cesse, cet hydravion pourrait être la surprise du 21 ème siècle s'il était produit, en cause de son meilleur coefficient de pénétration dans l’air par rapport aux appareils conventionnels et sa conséquente réduction de couts..., vu que le 80% de l’économie mondiale est basée sur les territoires cotiers (échanges commerciaux par voies maritimes) …


[size=13][size=13][size=16]
[/size][/size][/size]
avatar
scuderia57
Admin

Messages : 2983
Points : 5929
Date d'inscription : 17/07/2014
Age : 61
Localisation : Monaco

http://www.restoremania.org/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum