Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

Derniers sujets
» presentation
Ven 20 Oct - 13:48 par kakou301er

» je me présente : peredeced pour vous servir
Jeu 12 Oct - 19:10 par peredeced

» Alpine A110
Mer 4 Oct - 6:40 par frenchfan

» presentation
Lun 14 Aoû - 9:12 par Admin

» Alfa Romeo 183T
Dim 2 Juil - 19:45 par Péka

» Moi c'est la moto...
Mar 30 Mai - 16:15 par enrimores

» Yamaha FJ
Mar 11 Avr - 16:33 par Admin

» Nouveau QuiZ
Ven 16 Sep - 13:16 par FOURNIER

» Présentation
Dim 24 Avr - 16:16 par enrimores

Les posteurs les plus actifs de la semaine

visiteurs

Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier


Caubet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Caubet

Message par scuderia57 le Dim 14 Sep - 18:42

"J'aime l'automobile, bien sûr, je dirais même que je n'aime que cela. Partant du principe que tout ceux qui en vivent de peuvent que l'aimer, j'ai tenté l'aventure cruelle parce que ... coûteuse (littéralement ruineuse) qui consiste à construire une voiture pas comme les autres." Ainsi parlait Mr Caubet qui, après maintes désillusions, décida de lever le voile du secret qui recouvrait un prototype si intéressant.
 
La voiture est un sport prototype biplace à moteur central. L'idée qui a présidé à la réalisation de cette voiture a été d'obtenir un ensemble léger et très rigide. La carrosserie en polyester stratifié vient se fixer sur la coque et sert uniquement d'habillage. Le pare-brise est entièrement collé à la carrosserie, ainsi que les vitres latérales et la lunette arrière. On évite ainsi tous les remous aérodynamiques créés par les protubérances des caoutchoucs classiques. Des ouies ont été pratiquées dans les ailes, à l'arrière des roues, afin de limiter au maximum l'effet de turbulence créé par les roues. Il va sans dire que le dessous de la voiture, formé par la partie inférieure de la coque, est entièrement caréné. Le but était d'atteindre ainsi un Cx très honorable que des études plus poussées devaient par la suite encore améliorer.
 
Le moteur est dérivé du Simca 1500. Le bloc a été réalésé à 78mm afin d'obtenir une cylindrée de 1586cc, plus proche de 1600, limite de la classe. L'équipage mobile a été entièrement retravaillé et allégé, puisque l'on a réussi à gagner 7kg sur l'ensemble piston - vilebrequin - volant - embrayage. De même, la circulation d'huile a été complètement réétudiée, elle comprend désormais un filtre et un radiateur, le graissage se faisant de plus par les paliers. La culasse subit plusieurs modifications allant de la chambre de combustion aux conduits en passant par les soupapes qui atteignent respectivement 38mm pour l'admission et 34mm pour l'échappement. Plusieurs arbres à cames ont été étudiés, et le meilleur rendement est obtenu pour une ouverture d'angle de 310° et une levée de 10,20mm.
L'alimentation est assurée par 2 carburateurs horizontaux double corps, et l'échappement par un système à interférence type 3Y. Avec un taux de compression de 11, l'ensemble donne 157ch à 6900tr/mn, puissance qui permet au moteur de fonctionner sans ennui pendant plusieurs milliers de kilomètres comme l'avait démontré les essais menés. Pour les premiers essais, la voiture était équipée d'une boîte de vitesse de Simca 1000, mais celle-ci laissa ensuite sa place à une Hewland à 5 rapports.
 
La partie arrière de la coque reçoit l'ensemble moteur-boîte et ses divers équipements. Sur le panneau avant de la coque viennent se fixer le pédalier, les maîtres cylindres (freins et embrayage), la direction et les supports de radiateur. Les moyeux de roue sont tenus par 4 supports en alliage léger, et le freinage est assuré par 4 freins à disque. L'intérieur du caisson a été dessiné de façon à servir de siège. Un revêtement en caoutchouc alvéolé assure un minimum de confort. Ce siège étant évidemment fixe, c'est le pédalier qui est devenu réglable.
Le châssis est donc formé d'un caisson monocoque en tôle d'acier plié, soudée par point et rivée. Les 2 caissons latéraux contiennent des réservoirs en aluminium dont la structure a été particulièrement étudiée afin de ne jamais déjauger.
Sur le châssis viennent s'ancrer les points d'attache des suspensions. Elles sont du type classique à triangles superposés de longueur inégales. A l'avant donc 2 triangles, un combiné ressort-amortisseur, venant prendre place sur le triangle inférieur, le tout complèté par une barre stabilisatrice. La direction est assurée par une crémaillère. A l'arrière, on note un triangle inférieur à base très large, sur lequel vient se fixer le combiné amortisseur-ressort, et un bras supérieur complété par une barre de poussée.
avatar
scuderia57
Admin

Messages : 2983
Points : 5929
Date d'inscription : 17/07/2014
Age : 61
Localisation : Monaco

http://www.restoremania.org/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum