Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

matra  

Derniers sujets
» Roland CHARRIERE
Ven 8 Déc - 17:13 par Admin

» Gerard Pradelle
Dim 26 Nov - 8:45 par bob2ben

» presentation
Ven 20 Oct - 13:48 par kakou301er

» je me présente : peredeced pour vous servir
Jeu 12 Oct - 19:10 par peredeced

» Alpine A110
Mer 4 Oct - 6:40 par frenchfan

» presentation
Lun 14 Aoû - 9:12 par Admin

» Alfa Romeo 183T
Dim 2 Juil - 19:45 par Péka

» Moi c'est la moto...
Mar 30 Mai - 16:15 par enrimores

» Yamaha FJ
Mar 11 Avr - 16:33 par Admin

Les posteurs les plus actifs de la semaine

visiteurs

Janvier 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    

Calendrier Calendrier


Mazzanti V8 Evantra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mazzanti V8 Evantra

Message par scuderia57 le Mer 20 Aoû - 9:23

Mazzanti V8 Evantra, vivent les conneries, vive la vie...


Ce jour-là (oui, mais lequel ? quand ? ou ?), j'ai rendez-vous pour la troisième fois de ma chienne de vie, Via Maremmana 10, zi Gello, Pontedera (Pise-Italie),
avec Luca Mazzanti, dans son bâtiment qui, entre splendeur et décadence, accueille les locaux de Mazzanti Automobili qui se nommaient, depuis 1990 et jusqu'à il y a encore quelques mois : Ets Faralli & Mazzanti Automobili.
Mario Faralli est parti..., Luca Mazzanti est resté...




L’endroit est toujours aussi agréablement sympathique quoique maintenant un peu délabré et qu'une ambiance un peu ado y règne : des tasses de café qui traînent, un paquet de Mikado qu'on s’empresse de finir et des murs tapissés de coupures de presse, de photos, de souvenirs.
Je suis né dans la magnifique Toscane, à Pistoia le 1er Février 1974... Mon grand-père était mécanicien ; mon père créait tout le temps ce qui lui passait par la tête, c’était la fête ! Entre deux balades en voiture et un repas familial, ils m’ont guidé afin de de réunir leur passion, mais pas n’importe quoi ni n'importe comment. Je trouvais Ferrucio Lamborghini désagréablement bête et Enzo Ferrari insupportable. J’aimais par contre le tragique des frères Maserati : tous me donnaient l’impression de vivre quelque chose d’intense dans une époque qui l'était tout autant, mais qui tourne actuellement au cauchemar, c'est dramatique. A l'époque ou ces personnages vivaient encore, c’était une vie parallèle à la monotonie, une vie passionnante, aux antipodes de mon existence joyeuse d’enfant entourée d’amour et de bienveillance. J'ai donc commencé ma carrière comme carrossier. Mon maitre était Mario Farralli. Avec lui, pendant plus de 20 ans, je vais restaurer des modèles rares commes les Cisitalia 202, Ferrari 500 Mondial, et la Maserati 450 Costin/Zagato préparée spécialement pour Sir Stirling Moss et les 24 heures du Mans de 1957. Après m’être intéressé également à la moto et plus particulièrement les Ducati, je me suis lancé dans les courses de côte à bord de sports-prototypes Abarth que je restaurais moi-même. En 2001 j'ai dessiné une barchetta avec Mario Faralli pour un client. F&M était né. Ensuite nous avons créé l'Antas, puis la Vulca "S" sur un design de Zsolt Tarnok, un Bulgare talentueux qui a également dessiné la voiture suivante : la Mugello que nous avons ensuite appelée Evantra... Je suis donc vraiment fier, cher ami Patrice de vous présenter la nouvelle V8 Evantra. C'est un concept personnel qui est absolument hors des tendances du marché d'aujourd'hui, une réalité précise et typiquement italienne dans son identité stylistique... avec un groupe motopropulseur V8 performant, l'ensemble étant parfaitement en symbiose dans les formes et les fonctions. L'Evantra V8 n'a pas été créée pour tout le monde, elle est faite pour des gens fortunés qui savent assumer ! Elle génère des émotions exclusives"...




Luca Mazzanti me fait rire et m'épate dans le même temps, d'autant que c'est la seconde fois qu'il me présente cette Evantra, quoique celle-ci n'est pas motorisée de même....
Son franc-parler est toujours empreint d’humour et de second degré. 
Il est juste et honnête...., avec lui et avec les autres.
C'est un passionné, subtil, précis qui insuffle à son entourage une énergie positive et follement communicative.
Luca Mazzanti est maintenant ici chez lui, c’est son univers... à lui seul, sans plus aucun partage.
D'emblée il m'a dit qu'on ne parlerait pas de Mario Faralli..., qui plus est, je ne suis pas invité comme lors de ma dernière visite, dans l'arrière salle sordide du restaurant "Il Gardino"..., pile-poil face à l'usine..., mais dans son bureau, avant une balade dans l'arrière pays, afin de réaliser quelques photos...



Je résume l'histoire avec quelques précisions et photos illustratives...
Après sa première réalisation avec Mario Farelli : l'Antas (photo ci-dessus) qui était une baleine roulable équipée d'un V8 Maserati, promettant aux inconscients une joyeuse partie de plaisir à la piloter, Luca Mazzanti va recevoir ses premières gifles, venant d'incultes en matière de design automobile..;


Il va en conséquence relever tous les défis en travaillant d’arrache-pied à l'évolution de l'Antas (qui va en devenir pachydermique avec don aileron arrière en contradiction avec celui en fuite dans le sens d'une colone vertébrale)... et quelques temps plus tard, il va réaliser l'Auto Vulca "S", un coupé 2+2 à carrosserie et châssis en aluminium (photo ci-dessous) sur base d'un design de Zsolt Tarnok (un Bulgare)...

Seulement 10 exemplaires seront produits artisanalement avec des possibilités de personnalisations infinies...
Le nom donné à cette automobile : "Vulca", s'inspirait directement du nom du sculpteur "Vulca da Veio", mondialement connu (sic !) comme étant le Maître artistique de la civilisation Etrusque, étrange et mystérieuse (ce qui n'avait strictement aucun rapport avec la voiture)..



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Cette Auto Vulca "S" était donc la première voiture de sport Bulgaro-Italo-Etrusque...
Un grand moment dans l'histoire de l'automobile, actuellement sur le déclin !
 
Sous le capot avait été placé un V10 5L8 de 630 chevaux emprunté à la BMW M6 qui servait de voiture "donneuse" quant à ses trains roulants et autres accessoires !
Une expérience très marquante qui le poussera quelques années plus tard, à se lancer dans une Nième voie de traverse, avec La Mugello, re-baptisée ensuite Evantra (avec moteur Porsche 6-Boxer) puis dernièrement renommée V8 Evantra (avec moteur V8 7.000cc Corvette)...
OK ? Vous suivez toujours ?



Le projet se nommait à son origine : Mugello...
 
Mais il n'a pas été possible de conserver le nom pour le modèle définitif à cause de Ferrari qui considérait ce nom de circuit automobile comme faisant partie de son patrimoine personnel...
Finalement la supercar, qui était une F&M, s'est appellée Evantra, une supercar développant jusqu'à 603 chevaux grâce à un Porsche 6 cylindres Boxer !
Avec la disparition de Mario Faralli (ce qui ne signifie pas qu'il est décédé ni perdu en mer), tout un monde a également disaru... et l'Evantra a été ré-étudiée pour accepter un big-block Chevy Corvette de 7.000cc... positionné à l'arrière...



S'il n’a jamais ambitionné d’être une grande star comme Bertone ou Pininfarina, Luca Mazzanti a longtemps rêvé de refaire le chemin emprunté par DeTomaso : "J’ai vécu à cent à l’heure pendant dix ans à courir après les clients. C’était fabuleux : j'exposais dans divers shows, je placais mes créations automobiles devant les hôtels les plus prestigieux, je passais ma vie auprès des célébrités... J’ai dû apprendre 7 langues en un an ! J'ai réalisé ma meilleure vente devant le Royal Philharmonic Orchestra, ce sont des musiciens tombés en extase devant mon Antas qui ont décidé leur Chef d'orchestre à en acheter un exemplaire. Mon esclavagisme n'était pas imposé : je l'avais librement choisi !...
Quand j'ai débuté, nous n’étions que cinq, on faisait tout ensemble. Les seuls ennemis qu'on avait étaient nos voisins puisqu'on ne faisait que travailler, on tapait l'aluminium jour et nuit..., sans oublier les essais moteurs à l'aube, sans aucun silencieux. C’était usant et en même temps il y avait une solidarité extraordinaire entre nous cinq, un esprit d’équipe, un sens de l’amitié hors du commun"...




La folie créatrice de Luca Mazzanti étant un peu rassasiée, il a ensuite eu envie de se poser et de retrouver aussi plus intensément sa famille..., un rêve ? 
Non, des rêves de pérennité, afin de faire durer ce qui est beau.
L’amour plutôt que la foudroyante passion : le fil conducteur d’une vie.
Pourquoi a-t-il ainsi improvisé sa vie : pas de manière classique ?
En quoi est-il un artiste ?
Parce que c’est lorsqu’on a le plus de contraintes qu'on tente de pousser ses limites et qu'on se sent libre. Le carcan rend libre.
"Ce qui est beau dans le design automobile, c’est la recherche, le parcours, j'y retrouve mes premières passions, dont l’instinct. J’aime encourager les passions. En même temps, il faut pouvoir dire à certains jeunes qu’ils ne sont pas faits pour ce métier. Ce sont parfois des raisons purement physiques. J’essaye d’être exigeant et juste. Je reconnais le travail des grands créateurs. Je veux m'imprégner de leur discipline de travail. Je tend vers un idéal de beauté, je repousse les limites.
J'ai eu un véritable coup de coeur pour la Mangusta, d'Alessandro DeTomaso. Il y avait du sérieux et du loufoque dans ce personnage excentrique qui voulait apprivoiser un univers énigmatique peuplé de désirs impossibles"...



Même les silences ont leur place dans une conversation....
Les mots bercent, dansent et enivrent, flirtant avec les images, le tout se transformant en allégorie de la limite insaisissable, une poésie déguisée en prose, mêlant les harmonies des mots en phrases...
En ce cas, ici, là..., avec la V8 Eventra et Luca Mazzanti, pour parfaire, j'ajoute un brin d'humour, une touche de philosophie, et j'obtiens un récit plus ou moins captivant...
C'est dans cet état de mauvais esprit..., que... un
 peu haletant, je me suis assis dans cette voiture..., pour en tirer une seule conclusion : c’est bien la même bêtise mécanisée que je pensais : le même son ronronnant que les moteurs américains équipant les infââââmes DeTomaso, particulièrement les abominables Pantera...
Dans la rue, un passant me fait une blague : Tu penses aller loin avec ça ?"...
Il rit et continue..., sans plus aucun regard...



La carrosserie est en composites de fibres de carbone avec des pièces en aluminium brossé.
Le châssis est un entrelacs de tubes en
chrome-molibdène avec un arceau disposé sous le toit, relié à d'autres qui soutiennent le moteur et les suspensions.
Le moteur de l'Evantra
est un Chevrolet Corvette V8 aluminium, à aspiration naturelle de 7,0 L développant 701chevaux @ 6600 rpm et 848 Nm à 4500 tours/minute.
Le
taux de compression est de 11,0, le système de lubrification est à carter sec, et les bielles sont en titane.
La
boîte de vitesses séquentielle à 6 rapports permet d'atteindre une vitesse maximum de plus de 350 Km/h avec une accélération de 0-100 en 3,2 secondes.
Le processus de développement aérodynamique a été réalisé en partenariat avec Ysim, une entreprise qui affiche une expérience notable en F1 et en courses de 24h, comme Le Mans.
Les
pneus spéciaux de haute performance viennent de chez Continental, des 255/30 R20 à l'avant et des 305/25 R20 à l'arrière, montés sur des jantes en alliage OZ de 20 pouces.



Le système de freinage Brembo se compose de disques de 380mm avec 6 étriers à deux pistons à l'avant et de 360mm avec des disques 4 pistons à l'arrière, tous en carbone-céramique.
L'intérieur est en cuir "tout-naturel", réalisé grâce à une collaboration avec un leader du secteur de la mode/luxe.
Chaque aspect de la voiture peut être personnalisé avec un choix d'options infinies et de matériaux spéciaux, y compris des cuirs exotiques et des matières précieuses.
La console centrale est équipée d'un système d'acquisition de données AIM et d'une unité centrale NAVI/CD/MP3 de Bosch.
Le bouton-poussoir du démarreur du moteur est placé sur le panneau de toit qui est typique du style Mazzanti, comme dans ses sœurs, les ANTAS...
Je
cherche encore et toujours à quoi ça sert...



En effet, outre que ce bazar chauffe ses mâles heureux (sic !) occupants comme une DeTomaso Pantera (j'insiste pour témoigner que c'est la pire automobile soi-disant "sportive" à moteur plus ou moins central)..., comme écrit bien des fois (trop de fois)..., l'époque n'est plus aux bolides du style "24h du Mans"...
Il y a maintenant des limitations de vitesse partout, ce type d'engin n'assure aucune sécurité en ville, les gens trop souvent regardent avec des yeux haineux..., la consommation d'essence et les entretiens, de mêmes que les pièces et les pneus atteignent des valeurs astronomiques... et le confort est nul....
Je ne puis toutefois pas résoudre des problèmes que je n’ai pas moi-même créé..., même si j'aime pousser mes lecteurs dans leurs ultimes retranchements, pour ne pas qu'ils s'arrêtent à la seule conception des choses mais réfléchissent à la réalité et aux possibilités d'usage (et de prix)...
S’il existe des artistes de toutes sortes (des coqs, des intellos, des bellâtres, des creux…), Luca Mazzanti est à part...., c’est un grand artiste de l'inutile, plus ou moins humble et lumineux (gag !), qui cultive et nourrit son art au quotidien... et pas à la petite semaine pour ceux qui ont des fins de mois difficile et risquent de ne pas passer l'année sans ce suicider par peur de mourir...
Vive la connerie et la vie...



avatar
scuderia57
Admin

Messages : 2983
Points : 5929
Date d'inscription : 17/07/2014
Age : 61
Localisation : Monaco

http://www.restoremania.org/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum